Maroc

Prisons : un guide pour mieux gérer les grèves de la faim

Un guide sur la gestion des grèves de la faim au sein des établissements pénitentiaires a été présenté, mercredi à Rabat, avec pour objectif de normaliser et standardiser le traitement de ces situations. Le nouveau document constitue un cadre de référence qui vise à normaliser les procédures de gestion des cas de grève de la faim au sein des établissements pénitentiaires.

Fruit d’une collaboration entre le Conseil national des droits de l’Homme (CNDH), le ministère de la Santé, la Délégation générale à l’administration pénitentiaire et à la réinsertion (DGAPR) et la présidence du Ministère public, le nouveau guide «met en place une vision pour une prise en charge multidisciplinaire globale et intégrée, administrative et médicale avec partage d’informations interinstitutionnelles, dans lequel s’inscrivent toutes les approches, notamment la santé, les droits humains, l’environnement législatif, les règles éthiques et déontologiques», indique le guide.


Dans une déclaration à l’issue de la présentation du guide, tenue le mercredi 8 juin à Rabat, la présidente du CNDH, Amina Bouayach, a expliqué que ce document, qui est le résultat d’une réflexion collective menée par son organisme avec la DGAPR et le ministère de la Santé, «conjugue la protection et la garantie du droit à la vie et la gestion des cas de grève de la faim auquels recourent les détenus pour différentes raisons».

En effet, «ces cas ne se ressemblent pas, et nous essayons d’élaborer ensemble des réponses à chacun d’eux», a-t-elle souligné, faisant savoir que parmi les domaines d’intervention du CNDH, figure notamment la garantie de la protection du droit à la vie du détenu, en plus de la médiation dans le but de trouver des issues à ces situations. Et de conclure : «Toute grève de la faim est une mise à l’épreuve de la capacité de réponse institutionnelle à une situation urgente, par nature, et au vu de ses conséquences. Les prérogatives d’une institution constitutionnelle des droits de l’Homme comme le CNDH en matière de médiation et de protection y prennent tout leur sens.».

Par ailleurs, le guide rappelle que le dessein de tous les intervenants dans sa mise en œuvre, chacun selon ses prérogatives, est «la protection des détenus, dans leur intégrité physique et morale, dans leur dignité et dans leurs droits, et ce, conformément aux lois du Maroc et aux normes internationales».

Younes Bennajah / Les Inspirations Éco

Rejoignez LesEco.ma et recevez nos newsletters


Articles similaires

Bouton retour en haut de la page