Maroc

Pavillon bleu : la plage d’Agadir toujours aux abonnés absents

À Agadir, qui est considérée comme la première station balnéaire du Royaume, la destination n’est toujours pas parvenue, pour la sixième année consécutive, à labelliser sa plage «Pavillon bleu», y compris dans le contexte de Covid-19. Toutefois, la ville peut faire appel à d’autres options. Détails. 

Quand est-ce que la plage d’Agadir hissera une nouvelle fois le drapeau Pavillon bleu ? Pour la sixième année consécutive, la destination n’est pas parvenue à labelliser sa plage Pavillon bleu depuis les années 2016 et 2017. Plus qu’un petit drapeau qui flotte au vent, ce label est un argument de vente environnementale pour les destinations touristiques qui veulent labelliser leur offre balnéaire.


À Agadir, qui est considérée comme la première station balnéaire du Royaume, le Pavillon bleu ne sera donc pas hissé cet été sur ses plages. Rappelons que le Pavillon bleu est adossé au programme national «Plages Propres» de la Fondation Mohammed VI pour la protection de l’environnement.

Ce constat n’est pas uniquement limité à la plage d’Agadir, mais à tous les principaux sites situés au nord de la destination, notamment les plages relevant des territoires d’Aourir et de Taghazout qui abritent la station balnéaire éponyme, en plus de Tamri où est nichée la station Imi Ouaddar dédiée au tourisme interne.

Pour autant, à part la plage d’Aglou (Sidi Moussa), relevant de la province de Tiznit, toutes les autres communes n’ont pas postulé à la labellisation (candidature volontaire) de leurs plages, y compris la commune urbaine d’Agadir, en raison de l’aménagement préconisé de la plage et le non respect des critères exigés par le Pavillon bleu.

En effet, cet écolabel, qui est régit par la norme marocaine 03.7.199, directement issue de la directive européenne de 2006, exige une qualité excellente des eaux de baignade.

La division de la plage, une option judicieuse
Au total, 28 plages et deux ports de plaisance ont été labellisés cette année par la Fondation Mohammed VI pour la protection de l’environnement, présidée par SAR la Princesse Lalla Hasnaa, et la Fondation internationale pour l’éducation à l’environnement (FEE). 46 plages avaient fait acte de candidature pour ce label reconnu, mais seules les 28 ont pu répondre aux critères exigeants imposés. *

Le label est attribué aux communes qui sont en charge de la gestion complète des plages qui relèvent de leur périmètre: entretien, propreté, équipement, sécurité, formation, sensibilisation, accessibilité. La Fondation évalue les candidatures au Pavillon Bleu et organise des contrôles inopinés pendant l’été pour s’assurer du respect de tous les critères du label octroyé pour la saison.

Pour le cas d’Agadir, longue de 6 km et qui englobe au total 26 stations de prélèvement pour la surveillance de la qualité des eaux de baignade, plusieurs scénarios seraient envisageables, notamment la division de la plage en 2 ou 3 zones pour postuler au label. Ce qui faciliterait l’obtention du label Pavillon bleu.

En effet, les résultats de la surveillance de la qualité des eaux de baignade pour la saison 2022, dont l’étude de conformité est assurée par le Laboratoire national des études et de surveillance de la pollution (LNESP), ont montré qu’en vertu des derniers prélèvements effectués les 26 et 30 mai 2022, les eaux de baignade des plages d’Agadir sont toutes conformes à la qualité requise.

Autrement dit, les plages sont tout à fait propres pour la baignade, mais cela reste insuffisant pour décrocher le Pavillon bleu.

Pavillon bleu : norme de classification
Il va sans dire que l’ancienne norme marocaine NM 03.7.200 a atteint ses limites (principalement en termes de maîtrise des sources de pollution et information) et vu les engagements internationaux (Pavillon bleu), le Maroc a adopté, en 2014, la nouvelle norme NM.03.7.199, transposée de la nouvelle Directive européenne NDE avec une application progressive sur toutes les plages.

Cette norme est basée sur une classification des eaux durant les 4 dernières années consécutives. Les seuils de conformité sont plus sévères que l’ancienne norme avec la nouveauté de l’élaboration de profils de gestion des eaux de baignade. Ainsi, les eaux de baignade sont classées selon la nouvelle norme susmentionnée, selon 4 catégories de qualité : «Excellente», «Bonne» et «Suffisante», qui sont conformes à la baignade, et la catégorie «Insuffisante», non conforme à la baignade.

Dans le détail, la qualité de l’eau de la zone de baignade d’Agadir, selon la Norme marocaine NM 03.7.199, est classée d’«excellente à suffisante», sur les 26 points de suivi et de contrôle. Sur ce dernier point, des stations de qualité «suffisante» posent problème surtout ceux situés près du port.

En effet, la Norme marocaine NM 03.7.199 et le Pavillon bleu exigent que l’ensemble des points soient de qualité excellente, d’où la question de division de la côte en plusieurs zones afin que la plage acquière en partie le Pavillon bleu alors que plusieurs plages du Royaume l‘ont fait à travers un nombre restreint de stations de prélèvement.

Yassine Saber / Les Inspirations ÉCO


Abonnez vous pour lire tout le contenu de votre quotidien Les Inspirations Eco

Rejoignez LesEco.ma et recevez nos newsletters


Articles similaires

Bouton retour en haut de la page