Maroc

Mohammed VI et Alpha Condé président la cérémonie de signature de huit accords

Le roi Mohammed VI et le président de la République de Guinée, Alpha Condé, ont présidé, jeudi 23 février au palais présidentiel Mohammed V à Conakry, la cérémonie de signature de huit accords de coopération bilatérale.

Le président guinéen, Alpha Condé, a indiqué que les séjours du souverain en Guinée sont porteurs de bienfaits pour ce pays, comme en témoignent les nombreux accords conclus entre Rabat et Conakry.


 Au début de la cérémonie, le ministre de l’Agriculture et de la Pêche maritime Aziz Akhannouch, a prononcé devant les deux chefs d’Etat une allocution dans laquelle il a souligné que le royaume du Maroc souhaite partager son expérience avec la Guinée à travers les accords signés en ce jour.

Ces accords, a-t-il poursuivi, concernent la coopération dans le domaine agricole à travers la réalisation d’un projet d’aménagement hydro-agricole d’une superficie allant de 200 à 300 ha, d’un projet d’agrégation de la production maïsicole, ainsi que la mise en place d’un système national de cadastre.

Pour sa part, le directeur de l’Office national de l’électricité et de l’eau potable (ONEE), Ali Fassi Fihri, a passé en revue les grandes lignes du projet d’assainissement liquide de la ville de Conakry.

Le ministre de l’Habitat et de la Politique de la ville, Mohamed Nabil Benabdellah, a indiqué de son côté que le Maroc a développé une expertise et un savoir-faire, qui lui sont reconnus dans le monde dans le domaine de l’urbanisme, qu’il met à la disposition de la Guinée pour la mise à niveau urbaine de la ville de Conakry.

Pour sa part, le PDG du groupe OCP, Mustapha Terrab a annoncé que le Maroc a décidé de produire pour la Guinée 100.000 tonnes d’engrais destinées à satisfaire les besoins de la saison agricole de cette année.

Sur ces 100.000 tonnes, le Maroc a décidé de faire don de 20.000 tonnes à la Guinée en signe d’encouragement, a-t-il précisé, ajoutant que les 80.000 tonnes restantes seront fournies à des prix qui permettront de réduire et probablement d’éliminer les subventions gouvernementales consacrées aux engrais.

Rejoignez LesEco.ma et recevez nos newsletters


Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page