Maroc

Meknès : faut-il craindre une pénurie d’eau ?

À cause d’un manque de débit estimé à 300 litres par seconde, plusieurs quartiers de Meknès enregistrent des coupures d’eau. Afin d’y remédier, l’ONEE a annoncé des mesures d’urgence pour garantir l’approvisionnement continu en eau potable.

Au cours des dernières semaines, plusieurs quartiers de la ville de Meknès ont enregistré des coupures d’eau potable, suscitant la colère de ses habitants. Les responsables de la Régie autonome de distribution d’eau et d’électricité de Meknès (RADEEM) ont précisé que la distribution d’eau potable connaîtra quelques perturbations durant les prochains jours, surtout en fins de journées.


«Cela est principalement dû au manque de débit assuré par l’Office national de l’électricité et de l’eau potable (ONEE), qui est estimé à 300 litres par seconde (L/S)», précisent les responsables de la RADEEM.

Cette baisse de débit s’explique par les faibles chutes de neige enregistrées dans la région du Saiss durant les dernières années. Une baisse des ressources hydriques alimentant la ville de Meknès et les centres avoisinants en eau potable a été relevée, notamment à Aïn Ribâa dont le débit a baissé de plus de 140 L/S en juin dernier.

Pour résoudre cette problématique, l’ONEE a annoncé une série de mesures pour garantir l’approvisionnement continu en eau potable de la cité ismaïlienne. Il s’agit notamment du renforcement de la production à partir de la nappe de Saiss-Rass El Ma dans un premier temps, en vue de réduire le déficit, éviter le manque et garantir un approvisionnement continu de la ville en eau potable.

En parallèle, l’Office procède à une opération de renforcement de la production à partir de la station de traitement de Aïn Naqbi sur Oued Sebou à Fès, dans le cadre du projet d’approvisionnement de Fès et Meknès depuis le barrage Idriss Ier (tranche Fès-Meknès) par un débit de 250 litres/seconde. Cette opération devrait être lancée avant fin juillet, ce qui permettra d’approvisionner Meknès de façon permanente et régulière. Il est à noter que le projet d’approvisionnement de Fès et Meknès à partir du barrage Idriss Ier nécessitera une enveloppe de près de 1,7 MMDH. Ce projet, qui sera entièrement opérationnel début 2021, vise à répondre aux besoins de la population à travers un débit total de 2.000 L/S. Pour ce qui est de la distribution, et en vue d’une gestion effective du déficit enregistré, l’ONEE indique que la RADEEM a construit un réservoir de 20.000m3 et entreprend d’autres mesures d’urgence, notamment le renforcement des campagnes visant à détecter et réparer les fuites au niveau des réseaux de distribution et des canalisations.

Mehdi Idrissi
Les Inspirations ÉCO

Rejoignez LesEco.ma et recevez nos newsletters


Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page