Maroc

Médina de Fès : l’aménagement des parkings sera-t-il achevé avant 2023 ?

Les chantiers d’aménagement des parkings donnant accès à l’ancienne médina de Fès accusent beaucoup de retard. Selon les responsables, ceci s’explique par certaines contraintes liées, notamment, à la démarche d’expropriation des terrains ainsi qu’à des imprévus, comme celui relatif à la découverte d’un ancien cimetière sur le site. 

Les visiteurs, riverains et commerçants de Fès s’interrogent sur l’avancement des travaux d’aménagement des parkings donnant accès à l’ancienne médina. À part les parcs de stationnement de Bab El Guissa et de Bin Lamdoun, actuellement finalisés, les travaux de ceux d’Oued Zhoun, Bab El Hamra, Bab Boujloud, Sidi Bounafaa, Aïn Azliten ou encore Bab Jdid, accusent tous du retard.


Lors de notre visite des chantiers d’aménagement de ces parkings, les équipes chargées de l’exécution des travaux nous ont révélé que le retard enregistré est dû à certaines contraintes liées, notamment, aux démarches d’expropriation des terrains, ou encore à des imprévus, comme celui de la découverte d’un ancien cimetière sur le site, laquelle a conduit à un ralentissement du chantier. Actuellement, les projets de réhabilitation des ouvrants sont déjà achevés. Quant aux projets de pavage et d’adressage des rues et places de la médina et d’installation des bornes d’information, ils sont entrés dans leur phase finale. Ce programme, qui nécessite un investissement de 400 MDH, ambitionne de garantir un développement harmonieux pour les habitants, artisans et commerçants de l’ancienne médina.

D’après les maquettes, les huit parkings seront dotés d’une capacité de plus de 3.600 places, et au moins deux d’entre eux seront souterrains. Ce projet s’accompagnera de la réhabilitation des espaces publics et l’installation d’un dispositif d’information, dont le coût est estimé à 100 MDH. Concernant le processus d’expropriation du foncier, quatre décrets ont été publiés au Bulletin officiel en vue de mettre ces terrains à la disposition du maître d’ouvrage. À noter que pour construire le parking de la place Boujloud, la commune a procédé à l’expropriation de 46 biens privés, dont quatre appartenant à des propriétaires et 42 sont objet de location. Rappelons que ce projet est financé conjointement par le ministère de l’Intérieur, le Fonds Hassan II, la Commune de Fès, le ministère de l’Économie et des finances, celui des Habous et des affaires islamiques, la wilaya et l’Agence pour le développement de la réhabilitation de la ville de Fès (ADER-Fès) qui est le maître d’ouvrage.

Un nouveau parking à Rcif
Dans le cadre de la convention de partenariat relative au programme de valorisation des activités économiques et d’amélioration du cadre de vie dans l’ancienne Médina (2020-2024), l’ADER-Fès vient de lancer un projet pour la construction d’un parking souterrain et de réaménagement de la place Rcif. Mobilisant un budget de 20 MDH, ce projet consiste en la réalisation d’un parking souterrain à un niveau, sur une superficie totale de 4.240 m², avec une capacité approximative de 50 places destinées essentiellement aux voitures. Les travaux concernent également la sécurisation, la consolidation, la restauration et la réhabilitation des bâtisses et ouvrages mitoyens de la place.

Plus de 1,2 MMDH pour la médina
Concernant le développement du tissu économique de l’ancienne médina, le Roi Mohammed VI a lancé plusieurs programmes dont celui relatif à la valorisation des activités économiques et l’amélioration du cadre de vie dans la médina de Fès (2020-2024). Ce programme, qui mobilise des investissements de l’ordre de 670 millions de dirhams (MDH), concerne 1.197 sites et porte sur la restauration et la réhabilitation du patrimoine historique de la médina (4 sites pour 13,5 MDH), la requalification et la mise à niveau des espaces urbains (9 sites pour 105,55 MDH), le renforcement de l’attractivité touristique et économique de cette Cité-musée (33 sites pour 87,5 MDH), le développement des équipements sociaux de proximité (171 sites pour 263,45 MDH) et enfin le traitement du bâti menaçant ruine (980 sites pour 200 MDH).

Le Souverain a également lancé le programme complémentaire de mise en valeur de la médina de Fès. Doté d’une enveloppe budgétaire de 583 MDH, ce dernier porte sur la restauration de 11 monuments historiques et sites emblématiques, de 10 lieux de culte (mosquées et écoles coraniques) et de 40 lieux de bien-être (hammams, fontaines et structures sanitaires). Sont prévues également la réhabilitation de 39 lieux d’artisanat et de commerce traditionnel, l’amélioration du paysage urbain et du cadre bâti (17 sites) ainsi que la réhabilitation de Dar Al Makina.

Mehdi Idrissi / Les Inspirations ÉCO


Abonnez vous pour lire tout le contenu de votre quotidien Les Inspirations Eco

Rejoignez LesEco.ma et recevez nos newsletters


Articles similaires

Bouton retour en haut de la page