Maroc

Maroc-Allemagne : le contrat d’exécution de TraCs Maroc signé

Un contrat d’exécution du projet de coopération TraCs Maroc, visant la réduction des émissions de gaz à effet de serre dans le secteur des transports, vient d’être signé entre le ministère de l’Équipement, du transport, de la logistique et de l’eau et l’Agence de coopération internationale allemande GIZ-Maroc.

Le contrat d’exécution du projet de coopération TraCs Maroc a été signé par Khalid Cherkaoui, secrétaire général du ministère de l’Équipement, du transport, de la logistique et de l’eau, et Lorenz Peterson, directeur résident de GIZ Maroc.


Le projet TraCs Maroc «Advancing Transport Climate Strategies in Rapidly Motorizing Countries» soutient notamment l’évaluation et la réduction des émissions de gaz à effet de serre (GES) dans le secteur des transports dans trois pays : le Maroc, le Vietnam et le Kenya. Financé par le ministère fédéral allemand de l’Environnement, de la protection de la nature et de la sécurité nucléaire dans le cadre de l’initiative internationale sur le climat, ce projet vise surtout à appuyer les décideurs politiques de ces trois pays partenaires pour mettre en œuvre leurs plans d’actions sur le changement climatique dans le secteur des transports. S’étalant jusqu’à fin 2021 pour un financement de 600.000 euros, TraCs Maroc s’articule autour de quatre grands axes d’intervention. Il s’agit notamment du renforcement de l’apport du secteur des transports à la Contribution déterminée nationale (CDN), du développement d’une base de données et d’un système d’inventaire des émissions de GES (MRV) pour le secteur du transport routier et de l’accroissement des actions en faveur du climat dans les transports. Le projet offre aussi des activités de formation et de promotion de systèmes de collecte, d’évaluation et de suivi des données au niveau du ministère, sachant que l’établissement de ces systèmes de données et le renforcement des compétences dans ce domaine, au niveau des institutions, sont primordiaux pour évaluer les impacts des différentes politiques et développer des mesures appropriées.

Khalid Cherkaoui, s’exprimant lors de la signature du contrat en question, a indiqué que le secteur du transport au Maroc était dépendant à 99% des énergies fossiles, constituant ainsi le premier consommateur de l’énergie finale à hauteur de 38%, et le deuxième émetteur des émissions de CO2 à environ 31%. Devant ce constat, il a affirmé : « Nous sommes tous conscients du rôle important que doit jouer désormais le secteur du transport dans l’atteinte des objectifs du développement durable et dans sa contribution à l’effort d’atténuation et de réduction des émissions, concourant ainsi à honorer les engagements du royaume pris pour l’atteinte des objectifs de l’accord de Paris pour le climat, voire au-delà, décarboner les transports à l’horizon 2050. »

Par ailleurs, Khalid Cherkaoui a tenu à préciser que le projet TraCs Maroc, qui a démarré en septembre 2019 et se poursuivra jusqu’à fin 2021, apportera l’assistance technique nécessaire au ministère dans le développement et la mise en œuvre de sa feuille de route sur la mobilité durable. Il a ajouté que le projet atteignait globalement 35%, avant de mentionner la qualité des travaux réalisés, notamment l’accompagnement à la révision et à l’élaboration de la proposition des nouvelles mesures et actions d’atténuation pour le secteur du transport routier marocain, dans le cadre du processus d’actualisation de la contribution déterminée nationale post-2020. De son côté, Lorenz Peterson a déclaré que la signature de cette convention était d’une grande importance puisqu’elle vise la promotion des stratégies climatiques dans le secteur des transports. «TraCs Maroc aide les décideurs politiques des pays partenaires à mettre en œuvre leurs plans d’actions sur le changement climatique dans le secteur des transports», a-t-il souligné avant d’ajouter «nous sommes en train de travailler avec le Maroc sur ce qui concerne la mobilité, particulièrement les moyens de transport, la planification des villes et l’infrastructure». Lorenz Peterson n’a pas non plus manqué de mettre en avant les relations de coopération et de partenariat unissant le Maroc et l’Allemagne. 

Mariama Ndoye / Les Inspirations Éco

Rejoignez LesEco.ma et recevez nos newsletters


Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page