Maroc

Marché de l’occasion : ce qui va changer selon Nasser Boulaajoul, DG de la NARSA (VIDEO)

À l’occasion d’une table ronde de la 9e édition du «Cercle des Éco», concept du groupe «Horizon Press», quatre experts en la matière ont répondu à nos questions.

Nasser Boulaajoul, DG de la Narsa a procédé à un passage en revue des autres chantiers en cours de réalisation en matière de digitalisation, notamment ceux visant la mutualisation de l’information entre services publics et professionnels impliqués dans la «chose» automobile.

«Malheureusement, dans le VO, la falsification de la main levée sur des véhicules financés à crédit est assez courante. C’est la raison pour laquelle nous sommes en train d’interfacer nos systèmes d’information avec ceux de l’Association des professionnels des sociétés de financement (APSF), pour tout ce qui est main levée. Le but est de pouvoir la faire authentifier en temps réel par les sociétés de financement, pour ne plus se fier aux documents fournis. Nous travaillons aussi de concert avec les sociétés d’assurance pour l’interfaçage de nos systèmes d’information.

Aujourd’hui, nous sommes interfacés avec l’administration des douanes, la Direction générale des impôts, la gendarmerie, ou encore la DGSN».

La digitalisation semble être le remède miracle pour débarrasser le VO des maux qui le caractérisent. Et les récentes réalisations de la Narsa dans ce domaine ont déjà porté leurs fruits. Une plateforme digitale dédiée aux oppositions, lancée début 2022, permet par exemple au citoyen de vérifier en ligne, avant d’acheter ou de vendre un véhicule, que ce dernier n’est pas frappé par une opposition. Boulaajoul cite également le portail «Prepac», «dédié au programme de renouvellement du parc et à la prime à la casse, qui consiste à subventionner le retrait de la circulation des véhicules vétustes, notamment dans les entreprises de transport de voyageurs, de marchandises ou de transport mixte.

C’est régi par la loi de Finances 2018 et c’est, aujourd’hui, la Narsa qui a repris la gestion et le financement de ce programme qui mobilise un budget annuel de 250 millions de dirhams. Tout se passe désormais à travers notre portail». Plus de détails dans cette vidéo.

Investissement : voici où placer son argent en 2023 au Maroc



Rejoignez LesEco.ma et recevez nos newsletters


Bouton retour en haut de la page