Maroc

Lutte contre le terrorisme : La police espagnole loue la méthode du Maroc

Après les responsables politiques, c’est au tour des forces de l’ordre espagnoles de «jeter des fleurs» à leurs homologues marocains, concernant leur contribution à la lutte contre la menace terroriste. Lors d’une journée d’étude, organisée par trois syndicats regroupant la police nationale et la Guardia Civil (CEP, AEGC et CSI-F), les participants à cette rencontre ont mis l’accent sur l’importance de collaborer avec les autorités marocaines afin de contrer les projets terroristes. Dans des déclarations à la presse locale, Antonio Labrado, secrétaire général de la Confédération espagnole de police (CEP), a mis l’accent sur le rôle de la coopération marocaine pour faire face à cette nouvelle menace.

De même, le porte-parole des agents espagnols a rappelé l’importance de la présence d’agents musulmans dans les rangs de ce corps armé pour combattre l’extrémisme religieux et déjouer les plans des jihadistes.  Ce séminaire de sensibilisation organisé au profit des agents espagnols intervient dans un contexte où les présides sont pointés du doigt comme des foyers de djihadistes. Dans sa dernière analyse, le think tank espagnol Real Instituto El Cano a insisté sur les dangers que suppose le fait que les deux enclaves soient devenues des foyers du jihadisme. Les participants à cette journée d’étude ont affirmé que Melilia pourrait être la cible d’attaques jihadistes, comme l’a souligné Abdelhak Khiame, DG du Bureau central d’investigation judiciaire (BCIJ).


À cet effet, le patron du «FBI marocain» avait déclaré que cette zone était placée sous haute surveillance par les autorités espagnoles et marocaines. Toutefois, les représentants de la police estiment que les enclaves ne sont pas plus menacées que le reste de la péninsule ibérique. D’après la police espagnole, sur les 75 arrestations menées par ce corps, seules cinq ont eu lieu à Melilia, «ce qui représente 6% du total des arrestations», souligne le porte-parole du syndicat de la Police nationale espagnole à Melilia.

Selon lui, le niveau d’alerte n’est pas préoccupant; toutefois, il existe une menace globale. Cependant, les agents espagnols reconnaissent qu’à Melilia, les jihadistes se fondent dans le décor et passent inaperçus, ce qui complique la tâche des agents.  Sur un autre registre, les agents  ont appelé à un renforcement des effectifs. De ce fait, les policiers ont réclamé plus de personnel, spécialement au niveau des frontières, et ce pour assurer un meilleur contrôle.   Cette demande rappelle les déclarations du patron du FBI marocain, sur les colonnes du quotidien espagnol Abc, sur le fait que des armes interceptées au Maroc en provenance de Belgique ont pu transiter par Sebta et Melilia.

D’ailleurs, la requête des agents espagnols d’affecter davantage de personnel aux frontières confirme la vulnérabilité de la zone, et la probabilité de passage d’armes à feu vers le Maroc.


Abonnez vous pour lire tout le contenu de votre quotidien Les Inspirations Eco

Rejoignez LesEco.ma et recevez nos newsletters


Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page