Maroc

Lutte contre la cochenille ravageuse de cactus: une avancée majeure

La filière du cactus a connu un grand essor depuis l’année 2008 avec l’avènement du Plan Maroc Vert dans sa composante agriculture solidaire. Positionnée en filière de production organisée de l’amont à l’aval, de larges superficies ont été plantées dans plusieurs bassins de production à travers le Maroc.

L’apparition, pour la première fois au Maroc d’un insecte ravageur ; une cochenille sauvage dévastatrice du cactus, sur l’ensemble du territoire national a détruit de larges superficies, portant atteinte au développement de la filière. Signalé pour la première fois au Douar Saniat Berguig de la province de Sidi Bennour, cette cochenille a ravagé la totalité de la production de cactus au niveau de cette zone, pour se disséminer très vite et de façon imprévisible vers d’autres zones de production sur l’ensemble du pays.


Immédiatement après le diagnostic de cette maladie, toutes les mesures nécessaires ont été mises en œuvre pour contenir son développement. Cependant, en l’absence de solutions connues pour parer à la dissémination de la cochenille du Cactus que ce soit au niveau national ou international, le Ministère de l’Agriculture, de la Pêche Maritime, du Développement Rural et des Eaux et Forêts a mis en place un plan d’urgence d’envergure de lutte contre la cochenille du cactus dès 2016.

En parallèle aux actions d’intervention d’urgence de traitement chimique, d’arrachage et d’enfouissement des plants de cactus totalement infestés, le programme développé par le ministère a porté sur une recherche ciblée, pour notamment, la sélection de variétés résistantes et la mise au point de produits de traitement.

Le programme a été mené au niveau de l’Institut National de la Recherche Agronomique (INRA) en partenariat avec les ORMVAs, les DRA, l’ONSSA et l’ONCA. Les efforts mis en place dès 2016 ont porté sur trois axes principaux de lutte : la lutte biologique, les biopesticides et la sélection de variétés de cactus résistantes à la cochenille. L’infrastructure correspondante a été installée sur une superficie de 4 ha à la station de mise en valeur agricole de l’ORMVA du Doukkala à Zemamra. 

Le programme de sélection a pu réaliser une avancée majeure avec des résultats concluants marqués par l’identification de huit variétés de cactus résistantes à la cochenille à partir d’une collection appartenant à l’INRA. Il s’agit des variétés Marjana, Belara, Karama, Ghalia, Angad, Cherratia, Akria et Melk Zhar.

Après vérification de la stabilité de leur résistance, les huit variétés identifiées ont été inscrites par l’ONSSA au catalogue officiel des espèces et variétés végétales au Maroc. A partir des 4 hectares de base établis à Zemamra, un parc à bois a été établi sur 20 ha à la station Khmis Metouh de l’ORMVAD. Ainsi, des dizaines de milliers de plantules de cactus multipliées en sachets ont été produites et servi à l’établissement de plateformes pour ce matériel (parcelles de duplication des 8 variétés). Les plantations commenceront dès le printemps 2021 dans le cadre de l’agriculture solidaire.

Les parcs à bois établis sont l’objet d’une certification de l’ONSSA, et serviront à produire les plantules pour accompagner la relance de la filière par le Ministère dans le cadre de la nouvelle Stratégie agricole du Maroc « Génération Green ». L’objectif est de reconstituer les vergers de cactus décimés par la cochenille et l’extension de la culture au niveau de plusieurs régions du Royaume.

Les efforts de recherche continuent de s’intensifier pour la sélection d’autres variétés résistantes et pour mettre au point des méthodes de contrôle chimique de ce fléau. Une production scientifique a été développée et diffusée dans le cadre de séminaires et de publications scientifiques et techniques, et des formations scientifiques et techniques de cadres et techniciens ont été organisées.

Pour rappel, avec le soutien financier et l’encadrement technique du Ministère de l’Agriculture et l’adhésion des agriculteurs à la politique de plantation du cactus, les superficies plantées ont atteint 170.000 ha avant la fin du Plan Maroc Vert. Pour assurer une valorisation harmonieuse, plusieurs unités de conditionnement et de transformation de cactus ont été construites et équipées pour valoriser les produits et les sous-produits de cactus (consommation humaine du fruit frais, transformation alimentaire, aliments de bétail, et produits cosmétiques et thérapeutiques divers). Le développement de cette filière a généré aux populations rurales d’importants revenus allant de 10.000 dh à 20.000 dh par hectare, notamment dans les régions au potentiel agricole limité où la culture du cactus s’adapte, résiste aux aléas climatiques et nécessite de faibles intrants.

Rejoignez LesEco.ma et recevez nos newsletters


Articles similaires

Bouton retour en haut de la page