Maroc

L’essentiel du Budget économique exploratoire 2022 du HCP

Voici les principaux points du Budget économique exploratoire 2022 du Haut-Commissariat au Plan (HCP): 1. Situation économique en 2021:

– L’activité économique nationale devrait connaitre en 2021 un rebond de sa croissance après une récession profonde en 2020. La croissance devrait connaitre un rebond de 5,8% en 2021 au lieu d’une récession de 6,3% enregistrée en 2020.


– La campagne agricole 2020/2021 se déroule dans des conditions climatiques favorables. La bonne répartition spatio-temporelle des précipitations, devrait permettre la réalisation d’une production céréalière estimée à 98 millions de quintaux en hausse de 206% par rapport à la campagne précédente, et de 54,8% en comparaison avec la moyenne des cinq dernières années.

– Le marché du travail devrait connaitre un redressement et le taux de chômage au niveau national devrait, sous l’hypothèse de la poursuite de la baisse tendancielle du taux d’activité, se situer à près de 10,9% au lieu de 11,9%, enregistré en 2020.

– La demande intérieure devrait s’accroitre de 6,4% en volume, au lieu d’une baisse de 6,0% en 2020.

– Les échanges extérieurs devraient connaitre une amélioration significative en 2021, sur fonds des espoirs nés des campagnes de vaccination et de l’ampleur des programmes de soutien entrepris.

– Les exportations de biens et services devraient enregistrer une augmentation en valeur de 12,2%. De même, les importations de biens et services devraient afficher une hausse de 13,2%.

– Le déficit budgétaire devrait se maintenir à un niveau élevé, bien qu’en allègement par rapport à 7,6% enregistré en 2020 pour se situer à 6,3% du PIB en 2021. – Le financement du Trésor sur le marché des adjudications, devrait porter la dette intérieure à près de 58,2% du PIB. – L’encours de la dette du Trésor continuerait d’augmenter pour frôler le seuil de 77,3% du PIB en 2021 après 76,4% en 2020. – Le ratio de la dette publique globale devrait s’accentuer pour passer de 92,5% du PIB en 2020 à 92,7% en 2021. – La politique monétaire devrait rester accommodante sur le reste de l’année 2021, adoptant une panoplie des mesures qui visent un assouplissement des conditions de financement et un renforcement de la capacité du système bancaire à répondre aux besoins de l’économie. – Le déficit de liquidité bancaire devrait se situer à 64,8 MMDH en 2021 au lieu de 67 MMDH en 2020.

– Les crédits à l’économie devraient s’accroitre de près de 4,1% en 2021.

– Les avoirs nets de réserve devraient se situer à près de 319,4 MMDH à fin 2021, après 316,5 MMDH à fin 2020, représentant ainsi 6 mois et 27 jours d’importations en 2021. – La masse monétaire devrait ralentir à près de 5,7% en 2021 contre 8,4% en 2020.

2. Les perspectives en 2022:

– Le PIB devrait enregistrer un taux de croissance de l’ordre de 2,9% en 2022 après une reprise de 5,8% prévue en 2021. – En terme nominal, le PIB devrait enregistrer une progression de 3,8%. Cette évolution fait ressortir une légère hausse de l’inflation, mesurée par l’indice implicite du PIB, de 0,9 % au lieu de 1,5 % en 2021.

– La demande intérieure devrait continuer en 2022 de soutenir l’activité économique nationale, bien qu’avec un niveau moins élevé qu’en 2021. Elle devrait être soutenue par la poursuite du raffermissement de l’investissement brut et de la consommation finale nationale. – Le compte courant de la balance des paiements dégagerait un déficit de 3,4% du PIB en accentuation par rapport à 2,5% du PIB enregistré en 2021. – Les finances publiques devraient connaitre un déficit budgétaire élevé malgré sa légère atténuation, pour se situer à 6% du PIB en 2022 au lieu de 6,3% attendu en 2021. – Le taux d’endettement du Trésor devrait poursuivre sa tendance haussière, passant de 76,4% du PIB en 2020, à 77,3% en 2021 puis à 79% en 2022.

– La dette publique globale serait portée à hauteur de 93,9% du PIB au lieu de 92,7% attendu en 2021. – Les crédits bancaires devraient s’accroitre de 4,4% au lieu de 4% prévu en 2021. – La progression de la masse monétaire devrait ralentir à 4%, après 5,7% prévu en 2021.

Rejoignez LesEco.ma et recevez nos newsletters


Articles similaires

Bouton retour en haut de la page