Maroc

Les élections marocaines affectent les affaires de Sebta

Les autorités marocaines ont reporté les réunions conduisant à l’ouverture du prochain poste-frontière avec Sebta à cause du calendrier électoral. Une décision qui déçoit le gouvernement sebti.


Les élections législatives prévues le 7 octobre affectent les affaires de Sebta. Les autorités marocaines auraient communiqué à leurs homologues de Sebta le report de l’ouverture du nouveau poste-frontières, appelé Tarajal II par les Espagnols, du fait du rendez-vous électoral national. Selon un communiqué du gouvernement de l’enclave, les responsables marocains qui mènent les négociations sur les modalités d’ouverture du prochain passage auraient manifesté le souhait de se revoir après la tenue du scrutin le 7 octobre. Une décision qui a fort déplu aux pouvoirs publics sebtis. Ceux-ci sont font l’objet de critiques, pour avoir échoué à convaincre le gouvernement marocain d’accélérer les démarches de mise en service de ce nouvel accès transfrontalier. De fait, le gouvernement local a, à maintes occasions -et pour faire taire l’opposition-, fait savoir que le poste est fin prêt du côté sebti.

De plus, les pouvoirs publics attribuaient les reports successifs de l’inauguration de cette nouvelle frontière aux autorités marocaines. Si Sebta s’impatiente, c’est à cause des retombées de cette douane sur la ville. Le nouveau passage devrait contribuer à fluidifier le trafic et, de facto, relancer l’économie locale. D’où l’exaspération des opérateurs économiques de la ville qui attribuent la morosité de leurs affaires à l’état actuel des frontières et aux bouchons sans fin devant le poste-frontière Bab Sebta. Après moult reports, Sebta espérait voir cette nouvelle frontière entrer en service fin septembre. Dans une déclaration à la presse, le président de l’association des propriétaires d’entrepôts dans la zone industrielle de Tarajal, le nerf économique de Sebta, a remis en doute l’optimisme du gouvernement local quant à une imminente ouverture de ce passage tant désiré par le tout Sebta.

Selon le communiqué, une fois le scrutin tenu au Maroc, les deux parties se réuniront pour se pencher sur les détails techniques de cette inauguration. Le communiqué n’a pas manqué de saluer le travail des deux gouvernements pour mettre au point des «frontières au service des citoyens des deux pays et à la hauteur des excellences relations bilatérales», souligne-t-on auprès du gouvernement local géré par le Parti populaire (PP). Épinglée par l’opposition locale sur le retard d’ouverture de cette porte d’accès, laquelle sera réservée exclusivement au passage des marchandises, une responsable du gouvernement local a fait porter le chapeau au Maroc. Selon Susana Ramon, ministre locale en charge des Finances de l’enclave, «quand l’autre partie ne veut pas, on ne peut rien y faire», a-t-elle lancé à l’adresse de l’opposition. Pas convaincue, l’opposition a rétorqué que le Maroc n’est pas le problème, ce dernier résidant plutôt dans le manque de volonté du gouvernement local.  


Abonnez vous pour lire tout le contenu de votre quotidien Les Inspirations Eco

Rejoignez LesEco.ma et recevez nos newsletters


Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page