Maroc

Le HCP présente ses prévisions économiques pour 2019

Le Haut-Commissariat au Plan a organisé jeudi, une conférence de presse au cours de laquelle Ahmed Lahlimi Alami, Haut-Commissaire au Plan, a présenté l’analyse, par le Haut-Commissariat, de la situation macro-économique en 2018 et les  perspectives de son évolution en 2019. Le Budget Economique Prévisionnel 2019 présente une révision du budget économique exploratoire publié au mois de juillet 2018. Il s’agit d’une nouvelle estimation de la croissance de l’économie nationale en


2018 et d’une révision des perspectives économiques de l’année 2019 et leurs effets sur les équilibres macroéconomiques internes et externes et sur le financement de l’économie.

Ces nouvelles perspectives prennent en compte les résultats des comptes nationaux, des enquêtes trimestrielles et des travaux de suivi et d’analyse de conjoncture menés par le Haut-Commissariat au Plan.

Les perspectives économiques nationales de l’année 2019 établies dans ce budget tiennent compte des hypothèses portant essentiellement sur l’évolution de la campagne agricole 2018-2019 et les nouvelles dispositions et mesures annoncées dans la Loi de finances 2019.

Le Haut-Commissariat prévoit, selon les principaux indicateurs macroéconomiques, une croissance économique nationale à à 2,9% en 2019 après 3% en 2018 et 4,1% en 2017; un Rythme modéré de croissance des activités non agricoles, passant de 2,8% en 2017 à 2,9% en 2018 et à 3,1% en 2019.

 

Un repli du rythme d’accroissement de la valeur ajoutée primaire à 0,1% en 2019 au lieu de 3,8% en 2018 et 13,2% en 2017; Ainsi qu’une légère hausse de l’inflation, exprimée par le niveau général des prix, de 0,8% en 2017 à 1,6% en 2018  avant de revenir à 1,2% en 2019.

Rigidité à la baisse du déficit commercial, se situerait à près de 18,3% du PIB en 2018 et 18,1% en 2019; baisse du taux d’épargne nationale à 27,7% du PIB en 2019 au lieu de 28% en 2018 et 28,9% en 2017.

Une aggravation du besoin de financement de l’économie, passant de 3,7% du PIB en 2017 à 4,5% en 2018 avant de s’alléger à 4,3% en 2019. Le déficit budgétaire contenu à 3,9% en 2018 et à 3,7% en 2019.

Légère accentuation du taux d’endettement global, passant de 82% du PIB en 2017 à 82,2% en 2018 et à 82,5% en 2019. Celui du Trésor augmenterait de 65,1% du PIB en 2017 à 65,8% en 2018 et à 66,1%  en 2019.

Ceci dans un contexte international marqué par de fortes incertitudes  allant dans le sens d’une perte de dynamisme de la croissance économique mondiale. Les flux de capitaux, qui ont contribué ces dernières années à l’expansion des économies de marchés émergents, s’inversent progressivement, sous l’effet notamment du resserrement des conditions de financement. Les tensions commerciales et les difficultés géopolitiques, continueraient de perturber les échanges, ce qui impacterait le niveau de l’investissement et de la demande à l’échelle internationale. Dans ces conditions, la croissance mondiale devrait poursuivre son ralentissement  passant de 3,7% en 2017 à 3,6% en 2018 puis à 3,5% en 2019, avec une divergence de plus en plus accentuée entre les régions économiques.

Rejoignez LesEco.ma et recevez nos newsletters


Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page