Maroc

Le Groupe Suez réagit à la résiliation du contrat de Sita El Beida par la ville de Casablanca

Selon une source auprès du délégataire des services de propreté de Casablanca, SITA Blanca a appris par voie de presse, le lundi 11 septembre 2017, la décision du Président du Conseil de la Ville de convoquer le Conseil Communal à une session extraordinaire pour examiner la résiliation du contrat.

« SITA Blanca a pris acte ce jour, 15 septembre, de l’autorisation donnée par le conseil municipal au maire de résilier le contrat de collecte des déchets ménagers et de propreté urbaine de la ville de Casablanca qui le liait depuis 2014 à l’entreprise, filiale du Groupe SUEZ. SITA Blanca entre dans un processus de discussion avec la Ville de Casablanca et les Autorités de Tutelle afin d’étudier ensemble les modalités d’une sortie négociée. », indique notre source.

SITA Blanca a rappelé que depuis qu’elle opère dans la collecte des déchets ménagers de Casablanca (2004), elle a modernisé le service en améliorant nettement les conditions de travail et de sécurité pour les collaborateurs, mis en place un service spécifique de collecte dans l’ancienne Médina avec des véhicules de taille adaptée et une augmentation importante de la fréquence des passages de collecte, et enfin recruté près de 1000 personnes.

SITA Blanca indique avoir assuré l’exploitation du service selon les standards internationaux du Groupe SUEZ en termes de santé et sécurité, médecine du travail, conditions de travail et couverture médicale et avec de nombreuses formations. Ses collaborateurs ont également bénéficié du plan d’actionnariat salarial et d’actions SUEZ gratuites

« 20 millions d’euros ont été ainsi investis notamment dans la mise en service d’une flotte de 195 véhicules répondant aux dernières normes de sécurité et environnementales EuroV, mais des difficultés sont apparues compte tenu des besoins grandissants de la ville et des pratiques d’une partie des habitants qui n’a pas permis d’atteindre les objectifs de collecte attendus. En dépit de cette situation, SITA Blanca a mis en place des moyens supplémentaires à sa charge (50 % de tournées de collecte supplémentaire comparée à ce qui était initialement prévu) afin de fournir un service de qualité. Par ailleurs, les difficultés de paiement de la Ville ont constitué une dette dans les comptes de SITA Blanca, la mettant en difficulté aussi bien vis-à-vis des collaborateurs pour le versement des salaires que de ses fournisseurs » souligne une source auprès de la filiale du Groupe Suez.

« SITA Blanca a saisi de façon régulière l’Autorité Délégante pour apporter les améliorations nécessaires au bon fonctionnement du contrat à l’avenir. Comme l’autorise le contrat, SITA Blanca a demandé en février 2017 la révision du contrat pour adapter les conditions d’exécution des services dans leurs dimensions techniques et économiques. Ce processus n’a pas abouti à son terme, malgré les efforts de dialogue engagés par SITA Blanca. De ce fait, elle a adressé en août 2017 une demande de conciliation au Wali de la Région Casablanca-Settat », affirme notre source.

Enfin, durant cette négociation, SITA Blanca continuera d’assurer la continuité des services jusqu’à leur reprise par la Ville de Casablanca, dans le souci de préserver l’intérêt des Casablancais, des salariés et des fournisseurs.

 

Change : l’économie marocaine lourdement impactée par la hausse du dollar



Rejoignez LesEco.ma et recevez nos newsletters


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page