Maroc

Le CMC va t-il fermer ses portes ?

Le CMC de Casablanca a tenu une assemblée générale extraordinaire mercredi soir en présence de ses adhérents venus nombreux. L’objectif pour la direction était de les informer de la situation inquiétante du club de tennis, qui a récemment reçu une lettre de la commune envoyée par un huissier de justice. Le courrier demande au président du CMC de mettre la clé sous la porte dans les plus brefs délais.

Zakaria Mrini, avocat du CMC, a expliqué aux adhérents que les raisons qui ont poussé la commune à prendre une telle décision restent assez floues et injustifiées. Il s’agit notamment d’agrandir le parc de la ligue arabe, alors que cela n’est pas prévu dans le plan initial. Ceux qui ont décidé de s’en prendre au CMC pensent que le club a effectué des « modifications internes » sans aucun document qui l’autorise à le faire. Un bureau qui était auparavant occupé par des élus a en effet été récupéré pour en faire un salon réservé aux adhérents du club. Une raison suffisante pour fermer le club qui compte 412 licenciés à la fédération en 2022 (contre 7 en 2015) ?

Rappelons que le comité directeur du CMC, avait refusé (à juste titre) de prolonger un contrat de location avec le café-restaurant qui appartient historiquement au club. Le comité refuse en fait que ce restaurant ne soit pas exploité directement par le club pour ses adhérents et ne veut plus louer cet espace. « Le CMC a besoin de son restaurant et il est impensable qu’un café soit ouvert aux passants et que ses adhérents n’y aient pas accès par le club! », s’indigne un membre du CMC.

Cette histoire de café-restaurant serait-elle la vraie raison qui a poussé la commune à prendre une telle décision ? Le mystère reste entier. Selon nos sources, la commune souhaiterait peut-être ouvrir le parc de la Ligue arabe sur le Boulevard Roudani… passer par le CMC serait donc la solution idéale. Pendant ce temps, l’USM, club juxtaposé au CMC, qui est aussi situé entre le parc de la Ligue arabe et le boulevard Brahim Roudani, n’a pas été inquiété…

Sit-in, pétitions… Plusieurs actions pour protester contre cette décision sont envisagées par les adhérents du CMC, un club de tennis qui fait partie de l’histoire de Casablanca. D’ailleurs, plusieurs clubs sportifs de la ville se sont manifestés juste après l’assemblée afin d’apporter leur soutien au CMC et à son président Abdelilah Bennis.

Si le CMC n’existait plus, ce serait une grande perte pour les amoureux de la petite balle jaune et pour tous ceux qui apprécient ce club populaire situé en plein cœur de la capitale économique. Affaire à suivre.

H.B.

Maroc : polémique au sein des agences de voyage


Abonnez vous pour lire tout le contenu de votre quotidien Les Inspirations Eco

Rejoignez LesEco.ma et recevez nos newsletters


Bouton retour en haut de la page