Maroc

LafargeHolcim Maroc Afrique confirme ses ambitions

Abonnez vous pour lire tout le contenu de votre quotidien Les Inspirations Eco

Après la Côte d’Ivoire, la joint-venture entre la SNI et LafargeHolcim vient de poser pied au Bénin et au Cameroun à travers l’acquisition de deux nouvelles unités de production. D’autres pays africains sont dans le viseur.


LafargeHolcim Maroc Afrique réaffirme ses ambitions dans les pays subsahariens. Dans le cadre du partenariat conclu avec la SNI, le 17 mars dernier, pour l’Afrique subsaharienne francophone, le premier groupe cimentier du royaume poursuit son développement avec deux nouvelles acquisitions. Il vient en effet d’acquérir 50% de la société SCB Lafarge au Bénin qui dispose d’une capacité de 600.000 tonnes et rachète 54,7% de la société camerounaise Cimencam (capacité de 1,7 million de tonnes).

LafargeHolcim rajoute ainsi à son tableau de chasse deux nouvelles unités de production en Afrique subsaharienne après l’acquisition, le 4 juillet dernier, de la Socimat en Côte d’Ivoire, où LafargeHolcim disposait déjà d’un actif d’une capacité d’un million de tonnes de ciment. «Avec un fort potentiel de croissance économique et des besoins importants en logements et en infrastructures, ces trois pays présentent des atouts indéniables de développement», indique la société, qui ne compte pas s’arrêter là : «Après ces opérations, LafarageHolcim Maroc Afrique compte poursuivre et étendre sa stratégie de développement à d’autres pays d’Afrique subsaharienne francophone : Burkina Faso, Gabon, Guinée, Mali, Mauritanie, République démocratique du Congo, république du Congo, Sénégal», poursuit-elle dans un communiqué. Leader du marché marocain après la fusion de Lafarge et Holcim avec un chiffre d’affaires de 8 MMDH et plus de 55% de parts de marché, le nouveau groupement a annoncé ses ambitions africaines le 4 juillet dernier. Objectif: «Investir dans la production de ciment et de clinker dans les pays concernés (ndlr, Burkina Faso, Gabon, Mali, Sénégal, République du Congo, Mauritanie), où les besoins en logements et infrastructures présentent des opportunités majeures de développement et développer des synergies avec LafargeHolcim Maroc, notamment à travers l’exportation de clinker ou de ciment à partir du Maroc». À travers des modèles d’importation, d’installation de terminaux d’ensachage, de broyeurs ou d’usines intégrées, l’opérateur «compte poursuivre une stratégie de développement sur le long terme».

Rejoignez LesEco.ma et recevez nos newsletters


Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page