Maroc

Immobilier : les prix de la location longue durée grimpent

Abonnez vous pour lire tout le contenu de votre quotidien Les Inspirations Eco

C’est ce que vient de révéler la 4e édition du Tensiomètre locatif de Mubawab, qui intègre désormais les villas vides et meublées. Selon les résultats, les prix de la location longue durée d’appartements et de villas vides ou meublés ont globalement terminé l’année 2020 en hausse. Sauf exception, ceux des appartements meublés se sont stabilisés à fin décembre dernier. Les détails.

Le site de l’immobilier Mubawab vient de rendre publics les résultats de la 4e édition de son Tensiomètre locatif, qui suit de près le marché de la location longue durée au niveau national, avec du nouveau. En effet, en plus de l’indice des prix locatifs des appartements, qu’ils soient vides ou meublés, cette édition intègre un nouvel indice locatif spécial villas vides et meublées. Selon Kevin Gormand, CEO et co-fondateur de Mubawab, «ce tensiomètre s’inscrit dans notre démarche de rendre la data accessible à tout l’écosystème, et ce, dans le but d’éclairer sur les principales tendances et d’apporter de la transparence sur le marché. Le bond digital considérable de l’industrie de la pierre en 2020 a fait que le comportement du consommateur sur la toile est surveillé de près. Avec un panel représentatif de 4 millions de visiteurs mensuels (près de 40% de nos annonces sont relatives à la location, et 31% de nos visiteurs sont à la recherche d’une location), ce tensiomètre retrace fidèlement la dynamique du marché de la location longue durée au niveau national».


Hausse des prix de location des appartements et villas vides
En tous cas, il en ressort que les prix de la location des appartements non meublés a connu un changement. En effet, si, depuis 2019, les prix de la location d’appartements vides étaient sur une tendance baissière, celle-ci s’est inversée au 2e trimestre 2020, durant lequel les prix ont enregistré un bond de 10% par rapport au 1er trimestre 2020. Au 3e trimestre 2020, cette tendance haussière s’est également poursuivie, avec une augmentation de 2% par rapport au 2e trimestre de la même année. Idem, au 4e trimestre 2020, la courbe n’a pas fléchi : les prix ont poursuivi leur hausse (2%) par rapport au trimestre précédent. Du coup, ce cumul de hausse de 14% sur trois trimestres s’est répercuté sur l’année. In fine, l’année 2020 a connu une légère hausse des prix de la location d’appartements vides de 1% par rapport à 2019. Au niveau des villas vides en location longue durée, le schéma s’est pratiquement reproduit. En effet, si les 2e et 3e trimestres 2020 ont connu des chutes de prix de 7,5%, au 4e trimestre, cette baisse s’est juste située à 1%. Cela s’est finalement traduit par une hausse de prix de 9% entre 2020 et 2019. Par zone géographique, les loyers les moins élevés pour des appartements vides à la location se trouvaient à Khouribga, Azemmour et Oued Zem, avec respectivement 1.300, 1.500 et 1.600 DH/mois, tandis que les loyers les plus élevés étaient situés à Bouskoura, Rabat et Casablanca (11.000, 10.000 et 9.000 DH/mois). Du côté des villas vides en location, les plus chères se trouvaient à Casablanca (30.400 DH/mois), Rabat (29.500 DH/mois) et Bouskoura (27.000 DH/mois), alors que les moins chères se situaient à Oujda, Aït Ourir et Meknès avec des prix respectifs de 4.200 DH/mois, 4.500 DH/mois et 5.000 DH/mois.

Un peu plus d’exigence côté confort
Concernant les prix de location longue durée des biens immobiliers meublés, le baromètre révèle en revanche un contraste. En effet, après deux trimestres de hausse, les prix des appartements meublés sont revenus à l’équilibre à la fin de l’année 2020, à des niveaux de prix plus habituels. Entre le 4e et le 3e trimestre 2020, ils n’ont baissé que de 1%, ce qui a permis de retrouver un niveau de prix similaire à celui enregistré à la même période de l’année précédente. Au niveau des villas meublées, les prix ont continué à augmenter, enregistrant une hausse de 3% au 3e trimestre 2020 par rapport au 2e, et de 6% au 4e trimestre 2020 par rapport au trimestre précédent. Selon Mubawab, «cette tendance confirme le ressenti évoqué au 3e trimestre 2020 : l’écosystème locatif au Maroc commence à connaître une réelle transformation». C’est-à-dire que les locataires cherchent des espaces de plus en plus grands : une augmentation moyenne de 2 m² a été enregistrée en un seul trimestre et 2,5m² par rapport à la même période de 2019. Côté confort intérieur, ils cherchent de plus en plus des appartements avec balcon ou terrasse (48% à 51%) et des villas avec piscine (60 à 62%).

Pas de rush en 2020
Ceci étant, il n’y a pas eu de rush. Le ratio offre/demande a continué à être positif dans les principales villes du royaume au 4e trimestre 2020. En effet, même si la demande a repris (+2%), après un léger recul de 1% le trimestre précédent dans certaines villes, l’offre est restée importante. Tellement importante que le ratio O/D, qui représente le potentiel de croissance dans chaque zone est passé passant d’une moyenne de 1,95 à une moyenne de 3,09 au niveau national. Selon Mubawab, le pic de la demande a été enregistré pendant les mois de février et de septembre 2020, tandis que celui de l’offre a été plutôt remarqué durant les mois de novembre et décembre 2020. Pour ce qui est des prix, c’est pendant les mois d’avril et mai que le portail a enregistré les loyers les plus élevés, et en novembre et août les loyers les moins élevés. Enfin, c’est en juillet 2020, c’est-à-dire un mois avant la levée du confinement, que la recherche pour une plus grande superficie a connu son pic. 

Aziz Diouf / Les Inspirations Éco

Rejoignez LesEco.ma et recevez nos newsletters


Articles similaires

Bouton retour en haut de la page