Maroc

Ifrane : l’AFD accorde 77 MDH pour la mise à niveau du Parc de la ville

L’Agence française de développement (AFD) et l’Agence nationale marocaine des eaux et forêts (ANEF) procèdent au lancement officiel du programme «Ghabati Hayati». Doté d’un montant de 103 millions d’euros financé par l’AFD, dont 7,7 millions d’euros dédiés au Parc national d’Ifrane, ce programme vise la gestion durable des forêts et parcs nationaux du Maroc.  

La ville d’Ifrane va bientôt bénéficier du premier programme de coopération internationale de la stratégie «Forêts du Maroc 2020-2030». À l’occasion de la célébration de la Journée internationale de lutte contre la désertification et la sécheresse, l’Agence nationale des eaux et forêts (ANEF) a lancé en partenariat avec l’Agence française de développement (AFD) un programme baptisé «Ghabati-Hayati».

Doté d’une enveloppe de 103 millions d’euros, financée par l’AFD, ce programme vise la gestion durable des forêts et des parcs nationaux du Maroc.

Lors d’une journée organisée par l’ANEF, dans une aire protégée de 51.800 ha à Ifrane (40% de la biodiversité marocaine), un protocole d’accord a été signé entre «Expertise France» (l’agence française interministérielle de coopération technique), l’AFD et l’ANEF en vue de favoriser les échanges d’expertises et d’ouvrir de nouvelles perspectives de partenariat au profit de l’ANEF avec l’Office français de la biodiversité, l’Office national des forêts, la Réserve naturelle de France et plusieurs parcs nationaux de l’Heaxagone.

Dans ce cadre, un projet-pilote d’un montant de 77 MDH est programmé à l’échelle du Parc national d’Ifrane, qui sera cofinancé par le Royaume et le Fonds français pour l’environnement mondial. Mettant l’accent sur la grande portée de cette initiative, en ce sens que les forêts du Maroc représentent une partie très importante de la biodiversité de toute l’Afrique du Nord avec ses nombreuses espèces faunistiques et floristiques, Hélène Le Gal, ambassadrice de France au Maroc, a précisé que «ce programme, qui est axé sur la gestion durable des forêts et des parcs nationaux du Maroc, aidera à la reforestation et au maintien de l’équilibre entre la forêt et les besoins des populations locales».

Et d’ajouter que «l’épisode de sécheresse historique que nous traversons cette année, de part et d’autre de la Méditerranée, nous rappelle simultanément que cette vulnérabilité nous concerne tous et que la réponse ne peut être que collective».

Le lancement de cette initiative, en ce jour emblématique de lutte contre la désertification et la sècheresse, démontre la volonté conjointe de créer des opportunités pour sauvegarder ce patrimoine naturel, et en faire le tremplin d’un développement résilient des territoires ruraux.

Lors de cette rencontre, l’ANEF a procédé à la réintroduction dans le Parc national d’Ifrane de quelques espèces menacées, à travers le lâcher de 25 mouflons à manchettes dont 3 munis de colliers GPS, de 12 gazelles de cuvier et de 5 vautours de rüppell dotés de puces GPS.

Une visite a été aussi effectuée au périmètre de régénération du cèdre de l’Atlas (sur 85 ha) à la commune de Tigrigra, en présence d’une association sylvopastorale bénéficiaire de la convention de partenariat dans le cadre de la compensation des mises en défense.

Mehdi Idrissi / Les Inspirations ÉCO

Maroc : polémique au sein des agences de voyage


Abonnez vous pour lire tout le contenu de votre quotidien Les Inspirations Eco

Rejoignez LesEco.ma et recevez nos newsletters


Bouton retour en haut de la page