Maroc

Formation par alternance/ICFAL : l’USMBA labellise le Cluster régional des métiers du cuir

Les membres du Cluster régional des métiers du cuir de la Région Fès-Meknès se sont engagés dans un programme national de formation en alternance en accueillant les étudiants dans leurs tanneries pour leur donner le complément de la formation pratique qui ne peut être assurée à l’université. Dans ce cadre, le comité de pilotage du Projet ICFAL a attribué le premier Label d’Entreprise formatrice au Cluster régional des métiers du cuir.

Le Cluster régional des métiers du cuir de la Région Fès-Meknès contribue à la déclinaison de la stratégie nationale en matière de formation en alternance. Récemment, l’Université Sidi Mohamed Ben Abdellah (USMAB) de Fès a accueilli une réunion sur la formation en alternance organisée dans le cadre du projet européen Erasmus Plus, plus connu sous le nom d’ICFAL (Institutionnalisation des centres de formation par alternance aux universités marocaines).

Cette rencontre a été l’occasion de récompenser les efforts fournis par les patrons des tanneries de la ville de Fès qui se sont engagés dans ce programme en accueillant les étudiants dans leurs tanneries pour leur donner le complément de formation pratique qui ne peut être assurée à l’université. A ce titre, le comité de pilotage du Projet ICFAL a attribué le premier Label d’Entreprise formatrice au Cluster régional des métiers du cuir.

TROIS FILIÈRES PAR ALTERNANCE À FÈS
L’École supérieure de technologie (EST) de Fès s’engage dans une dé- marche résolument tournée vers l’avenir en proposant trois filières de licences professionnelles par alternance, témoignant ainsi de sa volonté de participer activement à la dynamique régionale et nationale.

Ces filières répondent aux besoins actuels du marché et portent sur des domaines porteurs tels que la qualité alimentaire, la maintenance électronique des équipements biomédicaux et l’industrie du cuir. En encourageant les compétences professionnelles des étudiants dans ces domaines, l’EST de Fès veut s’affirmer comme un acteur majeur dans la formation de la future génération de professionnels compétents et qualifiés. La formation des lauréats de ces filières se fait en étroite collaboration avec les entreprises partenaires qui accueillent les étudiants pour un complément de formation.

Pour Mohammed Loukili, coordonnateur de la filière Tannerie et industrie du cuir, «les étudiants, sélectionnés sur la base d’un test écrit, suivent une formation répartie sur deux semestres. Pendant cette période, ils sont placés dans les tanneries industrielles de la ville où ils travaillent trois jours par semaine jusqu’à la fin du mois de juin». Pour lui, la répartition des étudiants dans les lieux de stage est réalisée en étroite collaboration avec les membres du Cluster régional des métiers du cuir, qui jouent un rôle clé dans l’accompagnement de la formation des étudiants dans le domaine du traitement des peaux en cuir.

VERS L’INSTITUTIONNALISATION DE LA FORMATION PAR ALTERNANCE
Le projet ICFAL, coordonné par l’Université Hassan Ier (UH1) de Settat, est mené par un consortium international d’universités marocaines (USMBA, UAE, USMS, UCD et UMV). Il intègre de nombreuses universités et établissements partenaires de France, du Portugal et de Belgique.

Aujourd’hui, la formation par alternance est désormais au centre des préoccupations des universités nationales, parallèlement aux assises lancées par le ministère de l’Enseignement supérieur, de la recherche scientifique et de l’innovation pour une nouvelle co-construction du Plan national d’accélération de la trans- formation de l’écosystème de l’ESRI (PACTE ESRI 2030). La formation par alternance, officialisée par la loi cadre 51-17, vise le renforcement du tutorat des étudiants et leurs séjours organisés en entreprise, pour leur permettre d’acquérir des compétences variées et développer la culture d’entrepreneuriat.

15 PROJETS DE FORMATION
Plusieurs universités abritent 15 projets de formation, y compris des programmes de licence professionnelle, de master spécialisé et de diplôme universitaire, dans des domaines porteurs tels que l’ingénierie, le management industriel, la médiation sociale, le droit de la lutte contre la fraude des signatures, la maintenance électronique des équipements biomédicaux, la tannerie et l’industrie du cuir, ainsi que l’agroalimentaire.

«L’objectif principal de ce projet est d’institutionnaliser la formation par alternance et la mise en place de filières profes- sionnelles dans les universités marocaines pour renforcer les interactions entre l’université et l’entreprise et per- mettre une bonne insertion des lau- réats dans le tissu industriel», précise Loukili.

En expliquant que l’université ne peut réussir la formation par alternance qu’avec un engagement des entreprises ayant un lien commun avec les filières concernées, et qui offrent des opportunités de formation et un environnement de travail favorable.

Ce qui demande beaucoup d’investissement et d’engagement et l’établissement d’une bonne communication avec le tuteur, qui est le principal point de contact au sein de l’entreprise. «Il est important de faire preuve de flexibilité et de s’adapter aux différentes situations pour réus- sir», conclut-il.

Mehdi Idrissi / Les Inspirations ÉCO

whatsapp Recevez les actualités économiques récentes sur votre WhatsApp

FLO Retail & Shoes : ouverture d’une succursale au Morocco Mall



Rejoignez LesEco.ma et recevez nos newsletters



Bouton retour en haut de la page