Maroc

Ford Mustang : Un demi-siècle de galop

Synonyme de sportivité et modèle de longévité, la Mustang a initié le concept de pony car, il y a plus de 50 ans. Une icône qui en est aujourd’hui à sa sixième génération. Retour sur la saga de cette pony car devenue «muscle car».


Père de la voiture moderne, ayant inauguré le montage automobile à la chaîne au tout début du siècle dernier, Ford a aussi marqué les années 60 de son empreinte. En pleine période d’optimisme économique, le champion des «big three» allait révolutionner l’espèce automobile avec le lancement de la Mustang. Dans une Amérique marquée par l’uniformité et le traditionalisme des modèles locaux, ainsi que la montée en puissance des voitures japonaises, le numéro 2 de l’Ovale bleu, Lee Iaccoca, eut l’idée d’un petit coupé appréciable, abordable et à même de satisfaire les envies d’une jeunesse issue du «baby boom», en soif de liberté et en quête de glamour. La Mustang, première du nom, allait répondre à tout cela.

La première pony car !
Pour Ford, la Mustang devait aussi être Le Modèle qui allait dépoussiérer son image de marque conservatrice et (trop) typée «bon père de famille», tant incarnée par des berlines comme la Falcon. Après deux prototypes, élaborés entre 1962 et 1963, la version définitive de la Mustang voit le jour l’année suivante et plus précisément le 17 avril, à l’ouverture du salon de New York. D’abord disponible en carrosserie coupée ou cabriolet, puis en variante fastback (dès 1965), elle arbore une ligne basse et un capot interminable, mettant en avant une calandre expressive, flanquée d’un logo qui lui est propre : un mustang au galop. Ce cheval sauvage, mais de petite taille comme le poney («pony» en anglais) allait devenir la marque de fabrique de toute une lignée. La première pony car était née et, avec elle, l’enthousiasme de tout un peuple. Le premier jour de sa commercialisation, la Mustang «s’arrache» par 22.000 acheteurs ! Explication: basée sur la Falcon dont elle reprit bon nombre de composants (amortis), la Mustang avançait des tarifs défiant toute concurrence à l’image de son prix d’appel fixé à moins de 2.400 dollars. Un succès immédiat et guère éphémère, puisqu’il sera ponctué par le millionième exemplaire vendu après un an et demi seulement ! Un record dans l’industrie automobile. Populaire, cette première génération de la Mustang était également véloce, flirtant avec les 200 km/h (193 km/h). Un gros potentiel de sex-appeal et de sportivité, pleinement exploité au cinéma et notamment à travers le film culte, Bullitt. Un long-métrage policier dans lequel Steeve McQueen emmène la Mustang dans une intense course poursuite dans les rues de San Francisco, à la chasse de la Dodge Charger des «méchants». Justement, cette rivalité sera aussi vécue dans la réalité, la Mustang devant faire face à une cohorte de pony cars, comme la Chevrolet Camaro, la Pontiac Firebird et les Dodge Charger et Challenger.

Une icône sans cesse renouvelée
Les années se suivent, mais ne se ressemblent pas pour la Mustang. Après l’apparition de la puissante GT 350 (V8 de 306 ch), concoctée par le père des Cobra, Carroll Shelby, la Mustang enchaîne les liftings. Le premier, réalisé en 1967 s’avère réussi, surtout sur la version fastback, mais moins que le second de 1969 qui dénature le style de la Mustang, avant que celui de 1971 lui fasse perdre toute sa finesse. Les deuxième et troisième générations sont lancées, respectivement en 1974, puis en 1979, mais déçoivent les adeptes par un style banalisé et des moteurs dégonflés, le V8 ayant été abandonné suite au premier choc pétrolier. Marquant le 30e anniversaire de la Mustang, l’année 1994 voit arriver une quatrième remplaçante au look inédit, trop lisse et sans grande inspiration du passé. Cela, malgré un long capot et des séries spéciales comme la version Bullitt, lancée en 2001 et rendant hommage au thriller éponyme par sa teinte vert foncé. Il faudra attendre 2005 pour retrouver, enfin, une cinquième Mustang délicieusement rétro, avec une calandre fortement inclinée vers l’intérieur, des feux arrière en trois parties et une ligne de pavillon évoquant la fastback originelle. Mécaniquement, elle ne faisait pas dans la dentelle, forte de puissants blocs, dont un V8 de 400 chevaux.

Nouvelle Mustang, en phase avec la stratégie «One Ford»
Comme toutes ses devancières, cette cinquième mouture reliait ses roues arrière à un essieu rigide. Passer à une suspension arrière à roues indépendantes fera l’objet d’un grand débat lors du développement de la sixième et actuelle génération de la Mustang. Une décision clé, prise par l’ingénieur en chef (Dave Pericak) qui avait surtout pour objectif de pouvoir présenter à temps la dernière Mustang, le jour de ses 50 ans. Un pari tenu dans les délais, puisqu’après 4 ans de développement et des tests réalisés sur un million et demi de kilomètres, le premier exemplaire de la nouvelle Mustang sort des chaînes de montage le 17 avril 2014. Esthétiquement, il fallait non seulement cultiver la fibre nostalgique, mais aussi présenter un style à la fois «pur et intemporel», dixit les designers de Ford. Surtout, si les précédentes versions avaient jusque-là joué sur le registre nationaliste, la nouvelle Mustang, elle, s’ouvre à une carrière mondiale, à l’image des autres modèles de la marque, conçus sous la stratégie «One Ford». Pour cela, ses concepteurs ont eu l’idée de lui greffer un 4 cylindres, tout en conservant des V6 et V8 au catalogue. Ainsi, débarque, aux quatre coins du monde, la version 2.3 l EcoBoost qui présente la puissance d’une grosse cylindrée (314 ch) avec appétit modéré (environ 8 l/100 km). C’est d’ailleurs dans cette version qu’elle a récemment fait son entrée au catalogue de Scama, l’importateur marocain de Ford.


Abonnez vous pour lire tout le contenu de votre quotidien Les Inspirations Eco

Rejoignez LesEco.ma et recevez nos newsletters


Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page