Maroc

Fès/Transport : les élus veulent mettre fin au contrat avec City bus

Les membres du bureau de la commune de Fès se livrent à une guerre sans merci contre la société chargée de la gestion déléguée du transport urbain, City bus. Ils décident de rejeter les propositions du délégataire et de penser à des solutions concrètes et immédiates pour sortir le secteur de sa léthargie. 

La procédure d’arbitrage menée par le ministère de l’Intérieur pour mettre fin au conflit entre la commune de Fès et la société chargée de la gestion déléguée du transport urbain sera-t-elle vouée à l’échec ? En tout cas, les dernières sorties des membres du bureau de la commune, suite aux résultats de la médiation du ministère de l’Intérieur, prouvent qu’ils ont rejeté les propositions de la société délégataire puisqu’ils demandent aux responsables de penser à des solutions concrètes et immédiates pour sortir le secteur de sa léthargie.

À l’issue d’une réunion organisée récemment par les membres du bureau du conseil communal de Fès, ces derniers ont confirmé leur détermination à résoudre la problématique du transport en commun dans les plus brefs délais.

Dans ce cadre, le bureau a remis une lettre aux autorités compétentes pour les inciter à trouver des solutions dans les plus brefs délais aux problèmes rencontrés dans ce service de première nécessité. S’agissant des engagements non respectés par le délégataire, les membres du bureau sollicitent les autorités locales de faire recours au dernier rapport de la Cour régionale des comptes pour prendre en considération les anomalies et les dépassements enregistrés au niveau du CPS.

À titre d’exemple, les membres du bureau de la commune expliquent que la société s’est engagée, lors de la signature du contrat de délégation avec la commune de Fès, à faire des investissements à hauteur de 430 MDH pour l’amélioration des conditions de transport en commun dans la ville.

Aujourd’hui, à environ quatre ans de la fin du contrat nous constatons que la société n’a pas atteint la moitié des investissements programmés, sachant quelle a bénéficié de nombreuses subventions de l’État. «Parmi les promesses de la société délégataire, on trouve également l’alimentation du parc d’autobus de 350 bus.

Aujourd’hui, dix ans après la date de signature du contrat, la société n’a engagé que 150 bus, dont la plupart sont actuellement dans un état très détérioré», explique Abdelkader Boussairi de l’USFP. De plus, la commune a recensé un ensemble d’infractions qui auraient été commises par le délégataire, dont une insuffisance du nombre de bus, des lignes non couvertes et des équipements très détériorés.

378 MDH pour la mise à niveau de la flotte
Dans le cadre de la procédure d’arbitrage menée par le ministère de l’Intérieur, le délégataire a proposé la réalisation d’un investissement de 378 MDH, dont 375,5 MDH pour la rénovation de la flotte d’autobus. À cet égard, City bus bénéficiera d’une subvention d’investissement de 50%, financée par le ministère de l’Intérieur, soit 189 MDH. L’entreprise compte mettre en service 205 bus, en plus de 22 unités de réserve.

L’acquisition de ces véhicules devrait être réalisée dans un délai de 10 mois, à compter de la date de signature d’un avenant au contrat qui lie la commune à la société. Par ailleurs, dans le cadre des mesures transitoires, le délégataire propose de consentir un investissement supplémentaire de 20 MDH pour l’acquisition de 50 bus opérationnels, au plus tard deux mois après la signature dudit avenant.

Il faut rappeler que la procédure d’arbitrage lancée par le département de l’Intérieur a été déclenchée suite à une demande du délégataire pour dédommagement au titre de l’ensemble des pertes subies, qu’il estime à 2,8 milliards de dirhams. En effet, suite aux déclarations du maire de la ville de Fès, qui a décidé de poursuivre la société en justice, cette dernière a fait part de son étonnement quant à «la campagne de diffamation menée par la commune à son encontre».

Un holding présent dans sept villes
La holding CityBus Transport Groupe dispose d’un capital 100% marocain. Doté d’un parc total de plus de 1.000 bus, la société est présente dans sept villes, à savoir Fès, Meknès, Tétouan, El Jadida, Fquih Ben Salah, Oujda et Rabat. À Fès, la société est présente depuis septembre 2012, où elle dispose d’un parc de 250 bus pour répondre aux besoins de mobilité des citoyens. À Meknès, City Bus exploite 160 bus depuis 2005, une cinquantaine de véhicules à El Jadida depuis 2013, et environ 90 bus à Tétouan, également depuis 2013. À Fquih Ben Salah, la société marocaine est présente depuis 2009.

Mehdi Idrissi / Les Inspirations ÉCO

Change : l’économie marocaine lourdement impactée par la hausse du dollar



Rejoignez LesEco.ma et recevez nos newsletters


Bouton retour en haut de la page