Maroc

Fès-Meknès : Amzazi passe à la vitesse supérieure

L’AREF Fès-Meknès vient de signer une convention dans le cadre du contrat-programme État-région pour la généralisation de l’enseignement préscolaire.

Le ministère de l’Éducation nationale, de la formation professionnelle, de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique veut accélérer la généralisation de l’enseignement préscolaire au niveau de la Région Fès-Meknès pour un coût global de 600 MDH, dont 400 MDH seront financés par le ministère et 200 MDH par le conseil régional. C’est ce qui ressort de la dernière visite de Saaïd Amzazi, ministre de tutelle, dans la région. En effet, le ministre a visité l’école Moulay Ali Cherif où il s’est enquis du projet de généralisation du projet d’enseignement préscolaire et du processus d’intégration du numérique au sein de cet établissement et dans la préfecture de Meknès. Selon les données présentées à cette occasion, le nombre total d’enfants inscrits a atteint, au titre de l’année 2020-2021, 26.347 (enseignement primaire intégré, privé et traditionnel), soit 85% du total. Ces élèves poursuivent leurs études dans 53 salles de classe réhabilitées ou réalisées par l’Académie régionale de l’éducation et de la formation (AREF). Par ailleurs, Amzazi a inauguré l’école Assoumou, dans la commune de Zouagha (Fès), qui bénéficie à 1.390 élèves dont 689 filles. Cet établissement éducatif comprend notamment 37 classes, 4 bureaux et une salle multidisciplinaire. Le ministre a également inauguré le lycée collégial Moad Ibno Jabal, dans la commune Oulad Taieb. Au total, 1.014 élèves, dont 440 filles, suivront leurs études dans les 30 classes de cet établissement.

L’infrastructure scolaire renforcée à Taounate
L’infrastructure scolaire dans la province de Taounate a été renforcée à travers plusieurs projets scolaires. En effet, la province a donné le coup d’envoi des travaux de réalisation, dans la commune de Oued Jemaa, d’un lycée collégial sur une superficie de 12.037 m2. D’un coût global dépassant 11,59 MDH, le nouvel établissement sera réalisé en 14 mois et comprendra notamment dix salles d’enseignement général, quatre salles scientifiques, une salle d’informatique, une salle multifonctionnelle, une bibliothèque, trois terrains de sport et un internat d’une capacité de 120 lits. Ce projet vise à encourager la scolarisation de jeunes âgés entre 12 et 14 ans issus du monde rural, réduire la surcharge des classes des lycées 11-Janvier et Al Massira à Tissa, lutter contre la déperdition scolaire et renforcer la couverture des communes rurales en enseignement collégial. Dans la commune de Tissa, Amzazi a inauguré l’internat du collège Al Massira, après sa réhabilitation par le ministère de l’Éducation dans le cadre d’un partenariat avec l’association Rotary Casa Nord et une entreprise privée. Pour le ministre, «ces projets sont de nature à contribuer au renforcement de l’infrastructure scolaire dans la province, encourager la scolarisation des enfants du monde rural et renforcer la prise en charge de ces enfants, en leur assurant de bonnes conditions de vie et de scolarisation». Notons que 56 collèges ont été créés au titre de l’année scolaire actuelle, dans le cadre d’un programme national visant à doter chaque commune d’un établissement d’enseignement collégial. Dans le cadre du projet «Appui à la promotion de la tolérance, du civisme, de la citoyenneté en milieu scolaire et à la prévention des comportements à risques», porté par le ministère, le Programme des Nations unies pour le développement (PNUD) et la Rabita Mohammadia des oulémas, les responsables de la région ont procédé dernièrement à la remise de tablettes à des élèves de la province afin de les encourager à poursuivre leur scolarisation à distance en ces temps de Covid-19.

Mehdi Idrissi / Les Inspirations Éco

Baisse des prix du carburant : 1 milliard de DH de perte pour les distributeurs



Rejoignez LesEco.ma et recevez nos newsletters


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page