Maroc

Fès : l’UPF se penche sur les défis de l’urbanisme au Maroc

L’Université privée de Fès (UPF) a célébré, le 8 novembre, la Journée internationale de l’urbanisme. Les participants à cette rencontre se sont penchés sur les besoins futurs en matière d’enseignement de l’urbanisme au Maroc, ainsi que sur les défis du secteur relatifs au développement des territoires marocains. 

Avec la participation de plusieurs dizaines d’experts et de chercheurs confirmés, l’Université privée de Fès (UPF) a célébré, le 8 novembre, la Journée internationale de l’urbanisme. Cette rencontre a permis aux participants de débattre sur l’avenir de l’enseignement de l’urbanisme au Maroc, ainsi que sur le processus politique et technique concernant l’utilisation des sols et la conception de l’environnement urbain.

Cette Journée mondiale de l’urbanisme a également attiré l’attention sur l’impact environnemental résultant du développement des villes et des territoires. Intervenant à l’ouverture de cette rencontre, Mohammed Aziz Lahlou, président de l’UPF, a mis l’accent sur les défis de l’urbanisme dans les territoires marocains. En effet, ces derniers sont confrontés à une croissance démographique importante couplée à une urbanisation soutenue engendrant l’expansion des aires urbaines, l’émergence des métropoles et un processus important de périurbanisation et de littoralisation.

«Sans accompagnement institutionnel, opérationnel et universitaire, cette croissance peut conduire à des dysfonctionnements d’ordre social, économique et environnemental. Elle peut aussi aggraver la vulnérabilité des zones urbaines face aux risques naturels et anthropiques», précise Lahlou.

Et d’ajouter: «Cette question préoccupe évidemment notre pays et intervient au niveau de toutes les politiques d’urbanisme et d’aménagement des petites localités jusqu’aux grandes métropoles». Il faut noter que le Maroc s’est engagé depuis plusieurs années dans une politique volontariste de développement durable à travers de nombreuses réformes et programmes opérationnels en vue d’asseoir des bases solides de développement économique, d’améliorer la résilience sociale et environnementale du pays et de promouvoir des modèles de production performants et durables.

De son côté, Mustapha Akalay Nasser, directeur de l’École supérieure des métiers de l’architecture et du bâtiment de l’UPF, a mis l’accent sur le rôle de l’urbanisme qui est chargé de veiller au développement ordonné des établissements humains et des communautés satellites. Pour lui, «l’importance de la planification urbaine augmente, alors que la société moderne est confrontée à des problèmes de développement non durable, de changement climatique et de croissance démographique».

L’UPF au cœur de la politique urbaine
Face à l’urbanisation soutenue qu’a connue le Maroc durant les dernières décennies et ses impacts sur le développement des territoires, la question de l’urbanisme, notamment sa transition vers un urbanisme durable, se trouve aujourd’hui au cœur des priorités de l’Université privée de Fès. Dans ce cadre, l’université s’est engagée à accompagner la volonté politique de l’État par des programmes de formation, une offre d’expertise et des travaux de recherche qu’elle met à la disposition du public.

À cet égard, l’université propose des formations dont l’objectif est l’appréhension des modes d’intervention et d’aménagement dans les espaces urbains aux différentes échelles. Ainsi, des diplômes d’Ingénieur d’État sont délivrés dans les spécialités afférentes à cette thématique, dont notamment un diplôme d’ingénieur d’État en «Urbanisme & aménagement», un diplôme d’ingénieur d’État en «Design& architecture d’intérieur», un diplôme d’ingénieur d’État en «Architecture du paysage », sans oublier le diplôme d’ingénieur d’État en «Génie civil».

À côté de la formation, l’université se distingue également par la publication des travaux de recherche et d’expertise de ses chercheurs, dont notamment le projet de recherche financé par le CNRST qui porte sur «L’habitat social à l’ère de la pandémie du Covid-19». L’organisation de cette journée émane de la volonté de l’université de consolider ses résultats dans le domaine et de s’ouvrir à d’autres perspectives de développement et de collaboration qui apporteraient certainement une valeur ajoutée et des solutions aux différentes problématiques rencontrées dans le volet de l’urbanisme et de l’aménagement.

Mehdi Idrissi / Les Inspirations ÉCO

Baisse des prix du carburant : 1 milliard de DH de perte pour les distributeurs



Rejoignez LesEco.ma et recevez nos newsletters


Bouton retour en haut de la page