Maroc

Fermeture des liaisons aériennes: où en est la situation ?

Un an et quelques mois après les mesures de confinement qui ont paralysé l’économie mondiale, les projets et programmes de relance des économies se retrouvent à nouveau menacés par l’apparition de nouveaux variants de la Covid-19. Dans le secteur aérien, la liste des destinations suspendues se rallonge un peu plus chaque semaine.

La liste des destinations aériennes suspendues par les autorités marocaines se rallonge de 13 nouveaux pays, dans un contexte de flambée des infections et des décès dus au virus de la Covid-19. Encore une fois, dans le cadre des mesures préventives contre la propagation du nouveau coronavirus, le royaume a décidé de suspendre, à partir du 16 avril dernier et jusqu’à nouvel ordre, les vols en provenance et à destination de l’Albanie, la Bulgarie, Chypre, l’Estonie, la Hongrie, la Lettonie, la Lituanie, le Luxembourg, Malte, la Roumanie, la Serbie, la Slovaquie et la Slovénie. Sont également concernés par ces mesures, les passagers de ces pays voyageant via un autre pays. Pour les précédentes destinations classées en liste rouge, les autorités marocaines ont décidé de maintenir l’arrêt des vols jusqu’à nouvel ordre, personne ne maîtrisant l’évolution de la situation. En tout, 53 destinations sont concernées. Un jour plus tôt, c’était au tour de la Tunisie de voir sa desserte suspendue jusqu’à nouvel ordre. Suite à l’annonce de la suspension des vols à destination et en provenance du pays, Tunisair a publié un communiqué, le 16 avril dernier, dans lequel il informe que «la suspension des vols à destination et en provenance de la Tunisie court jusqu’au 21 mai 2021 dans un premier temps. Cette décision interdit en conséquence la programmation des vols dits spéciaux depuis le 15 avril. Seuls des vols dits de rapatriements seront autorisés à partir de cette date au départ de Casablanca avec des sièges à vide au départ de Tunis», explique la compagnie aérienne. Un premier vol de rapatriement depuis l’aéroport international Mohammed V de Casablanca a eu lieu le dimanche 18 avril à 23h35. «Compte tenu de l’abondance des demandes», le transporteur aérien tunisien annonce qu’il y aura un deuxième vol le 25 avril.


A-t-on le choix ?
Invité à commenter cette série de suspension de vols, Nidal Lahlou, président de l’Association régionale de l’industrie hôtelière (ARIH) de Meknès-El Hajeb, également président délégué de la Fédération nationale de l’industrie hôtelière (FNIH) est formel : «La santé du citoyen marocain passe avant tout pour les professionnels du tourisme, comme pour les autorités. La situation épidémiologique au Maroc est stable et relativement confortable. La vaccination progresse de manière satisfaisante. Le label Welcome Safely et l’établissement des protocoles sanitaires montent en charge, donc nous estimons que le Maroc, grâce aux efforts anticipés de tous, est aujourd’hui dans une situation bien plus confortable que plusieurs pays du pourtour méditerranéen qui, eux, annoncent plutôt des ouvertures que des fermetures comme la Grèce, l’Espagne, la Turquie, l’Italie…». Le professionnel du tourisme émet tout de même des recommandations «Il serait judicieux de fixer un calendrier de reprise d’activité prévoyant un redémarrage du tourisme interne pour le mois de mai et pour le tourisme international pour la fin du mois de juin. Tout ceci exige une surveillance étroite de l’évolution épidémiologique, sachant que celle-ci pourrait nous amener à des changements de calendriers. Mais, ces calendriers auront au moins le mérite d’exister. Pour ce qui est de la suspension des vols, c’est une décision utile, qui permettra aux autorités sanitaires d’apprécier les modes de propagation et de lutte contre les nouveaux variants.»

Seuls les vols de rapatriement spéciaux autorisés
Il y a quelques jours de cela, l’ambassade de Turquie à Rabat avait également annoncé une série de vols de rapatriement du Maroc vers Istanbul. Ainsi, des vols exceptionnels seront organisés le samedi 24 avril et jeudi 29 avril par Turkish Airlines depuis l’aéroport international Mohammed V de Casablanca. L’heure de départ de ces vols a été fixée à 14h (heure marocaine) et les procédures d’enregistrement se terminent à 13h. Ces vols s’adressent aux citoyens turcs et aux Marocains résidant en Turquie (touristes, étudiants, travailleurs). À ne pas oublier : il est obligatoire pour tous les passagers âgés de plus de 6 ans de présenter un test PCR négatif effectué moins de 72 heures avant d’embarquer à destination de la Turquie ainsi que le formulaire d’entrée en Turquie, rappelle l’ambassade de Turquie. En ce qui concerne les Tunisiens, Tunisair a invité ceux qui sont bloqués au Maroc à s’inscrire auprès de son agence ou du consulat de Tunisie pour évaluer le potentiel des passagers et confirmer l’horaire dudit vol. Au niveau de l’ambassade de France, l’on rappelle que les vols spéciaux s’opèrent uniquement dans le sens Maroc-France. À l’approche des vacances scolaires, l’ambassade de France rappelle «qu’en cas de sortie du territoire marocain et jusqu’à nouvel ordre, compte tenu de la suspension par les autorités marocaines des liaisons aériennes depuis la France, les personnes résidant au Maroc ne pourront plus revenir». Alors que Français, Espagnols, Tunisiens ou Turcs sont peu à peu rapatriés via des vols spéciaux autorisés, plusieurs Marocains résidant à l’étranger n’ont pas la possibilité de regagner le Maroc. Certains s’accrochent à l’espoir que soient organisés des vols spéciaux. Tous ceux qui ont tenté de contourner la fermeture des frontières, se sont vu notifier par les polices aux frontières de l’impossibilité d’embarquer. Le schéma est le même pour ceux qui désirent bénéficier de vols de rapatriement : il faut se diriger vers le consulat de son pays d’origine afin d’obtenir une autorisation spéciale. 

Modeste Kouamé / Les Inspirations Éco

Rejoignez LesEco.ma et recevez nos newsletters


Articles similaires

Bouton retour en haut de la page