Maroc

Entretien avec Abderrahim El Janati El Idrissi, DG adjoint de Marjane Holding

Entretien avec Abderrahim El Janati El Idrissi. Directeur général adjoint de Marjane Holding en charge des Achats et de l’offre commerciale

13 conventions de sourcing local ont été signées par Marjane Holding. Quels sont les acteurs concernés et quels produits ?
Nous avons entamé un travail de fond avec l’appui du ministère de l’Industrie, du commerce, de l’économie verte et numérique et l’AMITH et la FENAGRI représentant, respectivement, le textile et l’industrie agroalimentaire. Les 13 conventions signées concernent le secteur du textile et sont l’aboutissement d’un projet qui a démarré il y a cinq mois déjà. Nous avons mené un travail très pointu réunissant les compétences de l’équipe Marjane Holding sur la partie connaissance du marché, maîtrise des produits… et le saavoir-faire de nos industriels du textile au Maroc. L’objectif a été d’étudier et d’élaborer des produits pouvant être fabriqués localement au lieu d’être importés. Cela a également abouti à la création de nouvelles catégories comme le «fast-fashion Made in Morocco» que nous sommes désormais en mesure de proposer à nos clients. Tout ce travail de fond a permis l’équivalent de plus de 170 MDH d’intentions de commandes réelles.


Comme vous l’avez bien compris, que ce n’est donc qu’une situation à date et cela continuera avec la même énergie et détermination de l’ensemble de nos industriels marocains. Je profite de l’occasion pour signaler que, dans notre démarche, le client a toujours été au centre des décisions, et à notre grande surprise, je peux confirmer que grâce au professionnalisme et au haut niveau de notre industrie textile marocaine, nous pouvons répondre sans contrainte à notre objectif de qualité et de compétitivité sur le prix. Cette dynamique concerne également le secteur de l’agroalimentaire en mettant face à face les besoins de nos clients et le potentiel offert par nos industriels. L’objectif étant de maximiser cette combinaison sur nos produits de marques propres Marjane.

Comment s’articulera le volet financier de la convention ?
Au-delà du volet financier matérialisé par la revue de notre politique achat et le soutien des deux fédérations et du ministère, c’est surtout la grande mobilisation de l’ensemble des parties prenantes qui anime ce chantier et qui nous permet d’afficher notre volonté de porter la part du sourcing, d’ici deux ans, à plus de 75% de notre chiffre d’affaires textile (5% en 2018) et 80% pour l’industrie agroalimentaire.

Après l’AMITH et la FENAGRI, quels autres secteurs sont ciblés par MH ?
Nous annoncerons très prochainement de grandes et prometteuses réalisations de nos collègues en charge de l’amont agricole, permettant ainsi d’accompagner également le monde rural.

Quelle stratégie de MH pour les marques distributeurs et quelles réalisations ?
Notre marque propre Marjane a été lance en 2017. Son rôle est d’offrir la meilleure qualité dans sa catégorie à des prix compétitifs étant donné le circuit court que connaissent ces produits, de l’industriel au consommateur, et l’absence de budget marketing supporté, rendu possible par l’utilisation de la marque Marjane. Nous avons mis en place des moyens importants tant humains (ingénieurs de qualité, laboratoires de contrôle) que financiers avec en moyenne une phase de développement par produit allant de 6 à 8 mois. Nous sommes aujourd’hui à plus de 266 références de produits pour la marque Marjane, qui propose également des produits Premium. Faiz, notre marque propre de produits de premiers prix, propose quant à elle 250 références. Le consommateur marocain dispose aujourd’hui d’un choix plus large. Notre mission est de répondre au mieux au pouvoir d’achat de nos compatriotes,
car nous sommes une entreprise marocaine, à capitaux marocains, faites par et pour les Marocains. 

Sanae Raqui / Les Inspirations Éco

Rejoignez LesEco.ma et recevez nos newsletters


Articles similaires

Bouton retour en haut de la page