Maroc

En attendant le dégroupage, Méditel mise sur la fibre

Le retard dans l’opérationnalisation du dégroupage fait grincer des dents auprès du management de Méditel.

Le dégroupage télécoms tarde à se concrétiser. Auprès des concurrents de Maroc Telecom, le malaise est perceptible. Chez Méditel, la question est actuellement une priorité, surtout que l’opérateur prépare son rebranding en «Orange Maroc» qui devrait intervenir avant la fin de l’année. Méditel compte accompagner ce rebranding par de nouvelles offres, notamment en fixe. Des nouveautés qui demeurent toutefois entravées par l’absence d’accès à l’infrastructure de l’opérateur historique. L’une des premières actions du nouveau DG de Méditel, Yves Gauthier, a été de relancer l’ANRT concernant la question du dégroupage. «Nous avons discuté de cette question avec le directeur général de l’ANRT et nous avons rappelé que l’opération devrait être actionnée le plus vite possible», indique Gauthier qui affirme que le régulateur était déterminé à régler le problème dans les plus brefs délais. «Il faut toutefois savoir que l’application du dégroupage n’est pas la panacée. Il faudra ensuite bien gérer les questions de tarifs et de service après-vente qui devront s’inscrire au moins au même niveau chez nos clients que chez ceux des autres opérateurs», tempère Gauthier.

À en croire le management de Méditel, une phase de rodage sera plus que nécessaire en vue d’appliquer correctement cette décision. «Un suivi doit être assuré par le régulateur qui devra sanctionner l’opérateur qui ne respectera pas les règles», précise Taieb Belkahia, secrétaire général de Méditel. Si juridiquement, le dégroupage est déjà acté, les opérateurs attendent aujourd’hui l’exécution du texte. «Nous ne pouvons pas lancer de campagnes de communication, ni donner des promesses à nos clients que nous ne pourrons pas tenir par la suite en l’absence de visibilité», souligne Belkahia. «En parallèle, l’opérateur historique poursuit une stratégie commerciale agressive avec parfois des discounts à moins 50% qui préemptent le marché», regrette Gauthier. Tout en pestant contre le retard dans le dégroupage, Méditel change déjà de fusil d’épaule en affichant clairement sa volonté de basculer vers l’installation de son propre réseau de fibre optique. «Notre intérêt est d’abord dans la fibre, puis dans les technologies wireless, l’utilisation d’un réseau ADSL en cuivre n’est qu’une option secondaire. Nous ne comptons donc pas investir dans le cuivre mais dans la fibre sur laquelle nous sommes avec l’ensemble des opérateurs sur la même ligne de départ», explique Yves Gauthier.

Change : l’économie marocaine lourdement impactée par la hausse du dollar



Rejoignez LesEco.ma et recevez nos newsletters


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page