Maroc

Élevage : la commune d’Oulmès tient son concours national de la race bovine “Oulmès-Zaer”

Dans le cadre du programme de développement et de préservation de la race «Oulmès-Zaer», Mohamed Sadiki, ministre de l’Agriculture, de la pêche maritime, du développement rural et des eaux et forêts, a présidé la cérémonie de lancement de l’édition 2022 d’un concours national dédié à cette race.

Pour promouvoir le développement et la préservation de la race «Oulmès-Zaer», objet d’une convention signée le 21 mai 2021 entre le département de l’Agriculture et la Fédération marocaine des éleveurs de la race bovine d’Oulmès-Zaer (FMERBOZ), le ministre de l’Agriculture, de la pêche maritime, du développement rural et des eaux et forêts, Mohammed Sadiki, a présidé, jeudi 21 juillet 2022, à la Commune d’Oulmès – Province de Khémisset, la cérémonie de lancement de l’édition 2022 du concours national de la Race «Oulmès-Zaer».

Parmi les 200 éleveurs participant à cette édition, mettant en concurrence 500 bovins, le ministre a procédé à la remise des prix aux 16 meilleurs éleveurs. Le concours a été organisé en deux étapes. La première étape a porté sur la présélection des meilleures têtes pour la participation au concours, au niveau de 40 points de rassemblement, situés dans le berceau de la race, au niveau des communes d’Oulmès, Bouquachmire et Ait Ichou.

La deuxième étape a consisté à sélectionner les quatre meilleures têtes dans les quatre catégories du concours : catégorie des taureaux géniteurs, catégorie des taurillons, catégorie des vaches, catégorie des génisses.

D’un montant global de 8,1 millions DH sur trois ans, cette convention signée entre le ministère et la FMERBOZ s’articule autour de plusieurs axes. Elle porte sur l’accompagnement et le renforcement des capacités techniques et organisationnelles des éleveurs, l’amélioration génétique et la multiplication des reproducteurs bovins, la création, l’encadrement et le suivi des unités pépinières (identification, enregistrement, pesées…), l’amélioration des conditions d’élevage par des programmes sanitaire et prophylactique, la valorisation et la commercialisation à travers la labellisation des produits de la race, ainsi que la promotion de la race à travers l’organisation de concours et la participation aux différentes foires et manifestations.

Il est à noter que la race bovine d’Oulmès-Zaer a été identifiée en 1912 et que son berceau se situe au niveau des hauts plateaux d’Oulmès et de Zaer. Elle est considérée comme l’une des principales races bovines locales marocaines, reconnue pour sa rusticité et la qualité de ses produits, en particulier sa viande, très appréciée par les consommateurs.

Cette viande est, d’ailleurs, en cours de labellisation. En marge du concours, le ministre a également procédé à la remise de matériel technique et logistique au président de la Fédération marocaine des éleveurs de la race, pour les besoins du travail des équipes techniques, notamment le suivi et l’encadrement des élevages dans le cadre du programme de préservation et de développement de la race «Oulmès-Zaer».

Exposition des produits de terroir
Dans le cadre du programme national de développement des produits de terroir de la stratégie Génération Green, le ministre a visité un espace dédié à l’exposition des produits de terroir de la région, abritant une vingtaine de groupements de producteurs. Les produits exposés reflètent la richesse de la province de Khémisset (plantes aromatiques et médicinales, produits à base de céréales, miel et produits de la ruche…). Parmi les produits exposés, deux produits de terroir de Khémisset sont déjà labellisés, à savoir l’huile essentielle du lavandin d’Oulmès (AOP) et la lentille d’Ain Sbit (IGP).

Le ministre a également procédé, lors de la visite, à la remise de matériel technique d’équipement à une unité de production et de valorisation de couscous relevant d’une coopérative féminine de la commune Ait Siberne. Nécessitant un montant de 834.000 DH, ce projet, qui s’inscrit dans le cadre de la stratégie Génération Green, permettra la création de 4.000 journées de travail et l’amélioration des revenus des bénéficiaires qui passeront de 1.000 à 2.500 DH/mois.

Mehdi Idrissi / Les Inspirations ÉCO

Change : l’économie marocaine lourdement impactée par la hausse du dollar



Rejoignez LesEco.ma et recevez nos newsletters


Bouton retour en haut de la page