Maroc

Élections : les administrations se préparent aux opérations de vote

Un appel a été émis par le Chef du gouvernement en vue de permettre aux  fonctionnaires de l’État, des collectivités territoriales et des établissements publics d’exercer leur droit de vote, le 8 septembre.

Toutes les facilités devront être accordées aux fonctionnaires de l’État afin de participer au double scrutin du 8 septembre. C’est ce qui ressort du dernier communiqué du Chef du gouvernement, qui a appelé les administrations, les collectivités territoriales ainsi que les dirigeants des établissements publics à permettre aux fonctionnaires d’exercer effectivement leur droit de vote.


«Il faudra accorder les facilités nécessaires à toutes les catégories de fonctionnaires en vue de participer aux opérations de vote, sans que cela n’engendre un quelconque dysfonctionnement dans la marche ordinaire des services publics», indique ledit communiqué. À noter que l’opération concerne près d’un million de fonctionnaires, cadres et agents administratifs de diverses échelles.

L’implication des dirigeants des services publics, dans la mise en œuvre de ces facilités, est de nature à permettre d’améliorer sensiblement le seuil de participation au futur scrutin. Les mesures de facilitation prévues consistent à accorder des autorisations d’absence pour les fonctionnaires votant dans des bureaux de vote sis sur leurs lieux de travail, et à trouver les modalités adéquates concernant les autres catégories de fonctionnaires, non inscrits sur les listes électorales se situant à proximité des locaux où ils exercent. Pour rappel, le Chef du gouvernement a déjà publié deux circulaires durant le mois d’août dernier, dans lesquelles il appelle les administrations à mobiliser leurs moyens humains et matériels en vue d’assurer la logistique nécessaire pour la bonne tenue des élections.

Un dispositif spécifique pour les candidats fonctionnaires
La mise en œuvre de ces mesures concerne tous les fonctionnaires candidats aux élections, qu’elles soient législatives, ou qu’elles concernent les conseils de régions, les conseils des provinces et préfectures ainsi que les conseils communaux.

«L’objectif est de garantir l’égalité des chances, tout en veillant à la continuité des services publics, aussi bien durant cette période préélectorale qu’après la tenue du scrutin», indique la circulaire en question, à propos de cette frange importante de candidats, notamment pour ce qui est du mandat régional. Le dispositif incitatif englobe, essentiellement, des autorisations exceptionnelles pour s’absenter, à délivrer aux agents administratifs et aux fonctionnaires des établissements publics durant la campagne électorale «à condition que cette absence n’impacte pas la marche ordinaire des services publics», souligne le nouveau dispositif réglementaire.

Des mesures, dans le même sens, seront également prises en faveur des fonctionnaires candidats têtes de liste, «qui devront être présents durant toutes les opérations liées au dépouillement des bulletins de vote et à l’annonce des résultats», est-il précisé. En ligne de mire, des mesures prévoyant la garantie de l’égalité des chances des candidats fonctionnaires avec les autres, ainsi qu’un suivi vigilant du non usage des locaux des administrations et de ses équipements à des fins électorales. La circulaire met en garde, de manière claire, contre tout usage illégal des équipements et moyens techniques des administrations par les candidats, que ce soit ceux relevant des établissements publics ou ceux propriété des régions et communes. 

Une multitude d’intervenants

Vu le nombre important d’instances chargées de superviser les opérations du scrutin, qui se déroulera au sein de plus de 45.000 bureaux de vote, «la mobilisation de tous les moyens matériels, qui sont à la disposition des administrations, est primordiale», indique le dispositif réglementaire régissant le déroulement des opérations de vote. Actuellement, l’ensemble des bureaux de vote ont été aménagés, sous la supervision des autorités centrales compétentes, en charge du volet logistique. Pour rappel, la continuité des services publics, durant le jour du scrutin, devra être assurée, essentiellement, pour les services les plus sollicités par les citoyens, notamment les services communaux et sanitaires. L’ajournement de la rentrée scolaire devrait, quant à lui, permettre d’élargir la carte d’implantation des bureaux de vote, avec une proximité accrue pour les électeurs.

Younes Bennajah / Les Inspirations ÉCO

Rejoignez LesEco.ma et recevez nos newsletters


Articles similaires

Bouton retour en haut de la page