Maroc

Éducation : Fès-Meknès et le défi de la réforme

Le ministre de l’Éducation nationale, de l’enseignement supérieur, de la recherche scientifique et de la formation professionnelle, Saaid Amzazi, a tenu, cette semaine à Sefrou, une rencontre régionale de coordination pour la concrétisation des projets de la loi-cadre 51-17.

La ville de Sefrou a abrité, lundi dernier, une réunion régionale de coordination avec les autorités locales, les instances élues et les acteurs régionaux autour des projets stratégiques pour la mise en application de la loi-cadre 51-17. Lors de cette rencontre qui s’inscrit dans le cadre de sa tournée nationale dans les douze régions, Saaïd Amzazi, ministre de l’Éducation nationale, de l’enseignement supérieur, de la recherche scientifique et de la formation professionnelle, a mis en avant le «caractère urgent» de la réforme de l’éducation et de la formation. Il a également insisté sur l’importance de l’implication des autorités locales et des instances élues de Fès-Meknès dans la concrétisation des projets stratégiques, inscrits dans le cadre de la mise en œuvre des dispositions de la loi-cadre 51-17 relative au système d’éducation, de formation et de recherche scientifique ainsi qu’à l’accompagnement de ces secteurs.


Lors de cette rencontre, les présidents de l’Université Sidi Mohamed Ben Abdellah (USMBA) de Fès et l’Université Moulay Ismaïl (UMI) de Meknès ont passé en revue les actions entreprises et les projets réalisés ou programmés dans la région pour améliorer l’offre universitaire et augmenter la capacité d’accueil des deux établissements. Radouane Mrabet, président de l’USMBA, a présenté le programme de développement qui vise à renforcer l’offre pédagogique via l’amélioration de la capacité d’accueil de l’université de près de 70%, passant ainsi de 60.522 à 102.722 étudiants. Notons que dans le cadre du contrat-programme entre l’État et la Région Fès-Meknès, l’université a signé des projets pour un montant de 680 MDH.

En effet, plusieurs nouveaux campus devraient être construits simultanément : à Aïn Cheggag sur 80 hectares, avec au moins six établissements (300 MDH), à Taounate sur 50 hectares (100 MDH) et à Taza, également sur 50 hectares et comptant au moins trois établissements (100 MDH), en plus d’un complexe universitaire prévu à Boulemane (50 MDH). «Nos prochains chantiers visent à accompagner la montée des effectifs pour avoir une répartition plus uniforme des étudiants dans la région et permettre de rapprocher l’enseignement supérieur de leurs résidences», précise Mrabet. Au cours de cette réunion, le directeur de l’Académie régionale de l’éducation et de la formation (AREF) de Fès-Meknès a présenté un exposé sur la méthodologie et les programmes de l’AREF pour la mise en œuvre des projets relatifs à la loi-cadre 51-17, faisant notamment état d’une baisse de 69% à 34% du taux d’enseignement préscolaire traditionnel, de l’amélioration du nombre de bénéficiaires des internats (plus de 5,74%) et de la création de 72 classes dédiées aux enfants en situation de handicap. Cette rencontre a été l’occasion de remettre un don de l’Organisation des Nations Unies pour l’éducation, la science et la culture (UNESCO) à l’académie régionale. Il consiste en un lot de 135 ordinateurs pour la création de neuf salles multimédias au sein de plusieurs établissements scolaires de la région.

Six conventions pour renforcer le scolaire

Lors de cette rencontre, il a été procédé à la signature de six conventions de partenariat entre l’AREF de Fès-Meknès et ses partenaires. La première convention de partenariat a été signée avec la Wilaya de la Région Fès-Meknès pour lutter contre la déperdition scolaire, tandis que la deuxième rassemble le ministère de l’Éducation, la Wilaya, la coordination régionale de l’entraide nationale et l’Association Miroir pour les enfants autistes, en vue de la création d’un centre régional de référence pour l’intégration de ces enfants. La troisième convention a été signée avec la Ligue de l’enseignement privé dans la région pour la création d’un cadre global de partenariat et de coopération visant à renforcer la mobilisation pour la mise en œuvre des dispositions de la loi-cadre 51-17. Il a également été procédé à la signature d’une convention de partenariat avec la Ligue régionale de football pour promouvoir le football féminin, ainsi que de deux autres avec les provinces de Sefrou et Boulemane pour la concrétisation du projet de soutien scolaire.

Mehdi Idrissi / Les Inspirations Éco

Rejoignez LesEco.ma et recevez nos newsletters


Articles similaires

Bouton retour en haut de la page