Maroc

Don de sang. Des stocks stables pour la saison estivale

Le maintien du niveau des stocks de la banque de sang est un défi de tous les instants au Maroc. Avec les vacances estivales et les déplacements de population, il est naturel de penser que les dons de sang pourraient diminuer, mettant ainsi les stock sous pression. Cependant, grâce à une stratégie mise en place depuis le mois de juin, la situation n’est pas aussi précaire qu’on pourrait le penser. Explications. 

Le besoin de sang pour les transfusions médicales, les interventions chirurgicales, les traitements de maladies chroniques et les accidents ne faiblit pas. Mais les craintes se multiplient en été, période durant laquelle de nombreux donneurs réguliers sont absents ou moins disponibles. C’est pourquoi les organismes de collecte de sang ont dû innover et élaborer des plans stratégiques pour garantir un approvisionnement adéquat tout au long de cette période délicate.

Place aux campagnes mobiles

Najia El Amraoui, cheffe du Centre national de transfusion sanguine et d’hématologie (CNTSH), nous assure que, grâce à la collaboration étroite entre tous les partenaires du centre pour l’organisation de campagnes de don de sang, des initiatives ont été mises en place afin de répondre à cette crise.

Ainsi, en quête de solutions novatrices, les campagnes de don de sang ont franchi une nouvelle étape en déployant des unités mobiles. Ces dernières se sont aventurées au cœur des entreprises locales, permettant au personnel de contribuer à une cause vitale sans quitter leur lieu de travail. Le déploiement des unités mobiles présente des avantages tangibles.

« Cela évite aux employés de se déplacer vers les centres de don de sang, ce qui peut parfois être un obstacle en raison de contraintes de temps. De plus, cela rend le processus de don plus pratique et accessible, encourageant ainsi une plus grande participation », explique la cheffe du CNTSH.

Par ailleurs, une nouvelle approche a été adoptée avec la mise en place de campagnes de collecte de sang au niveau des plages. Cette idée innovante a permis de se rapprocher des donneurs potentiels, afin de sensibiliser davantage au don de sang. Les campagnes se sont révélées être un succès retentissant dans plusieurs régions. Des exemples tels que Tétouan et Saïdia ont démontré des résultats significatifs pendant cette période critique. « Ces campagnes ont réussi à toucher les cœurs des gens, les encourageant à contribuer à cette noble cause », souligne Najia El Amraoui. Elle précise que l’objectif de collecter plus de 1.000 dons par jour à l’échelle nationale a été dépassé pendant les mois de juillet et août, à l’exception de quelques jours où le quota n’a pas été atteint.

« Un exemple concret est la ville de Rabat, qui a réussi à collecter 1.600 dons au cours du mois d’août. En général, au niveau national, les stocks sont globalement satisfaisants, à l’exception peut-être de Casablanca où la demande équivaut à environ 450 dons par jour. En août, le nombre de dons journaliers varie entre 1.044 et 1.355, satisfaisant ainsi les exigences requises. En comparaison avec l’année précédente, le chiffre minimum de dons quotidiens était inférieur à 800 », relève-t-elle.

En chiffres

L’Organisation mondiale de la santé (OMS) préconise vivement que chaque pays maintienne une réserve de sang suffisante pour répondre aux besoins médicaux. Au Maroc, il est recommandé d’avoir un stock d’au moins 7 jours de sang disponible en permanence, nous indique Tayeb Hamdi, médecin et chercheur en politiques et systèmes de santé. Najia El Amraoui indique en ce sens qu’une réserve d’au moins 2 jours est assurée, « Nous évitons toujours d’atteindre le niveau critique et de se retrouver à zéro. Nous prenons des mesures préventives avant d’atteindre ce stade critique en lançant des appels au don», indique-t-elle.

Actuellement, les statistiques indiquent que le Maroc enregistre environ 10 dons de sang pour 1000 habitants. Dans les pays à revenus élevés, ce chiffre s’élève à 39 dons pour 1.000 habitants, tandis que dans les pays à faibles revenus, il est seulement de 4 dons pour 1000 habitants. En ce qui concerne la moyenne nationale des donneurs volontaires au Maroc, elle est de 93%, laissant ainsi environ 7% de dons comme dons de compensation (pour un membre de la famille).

Chaque donateur peut contribuer avec environ 450 ml de sang, ce volume variant en fonction du poids et du sexe du donneur. Cela représente approximativement 13% du volume sanguin total estimé dans le corps humain. « En utilisant la norme de 7 centimètres cubes de sang par kilogramme de poids corporel, il est essentiel que les campagnes de don de sang se poursuivent pour garantir un approvisionnement adéquat et sûr en sang dans tout le pays », souligne l’expert.

Période de validité

Par ailleurs, il est important de rappeler que le don de sang a une période de validité spécifique. Najia El Amraoui explique qu’en général, une pochette de sang est divisée en trois composantes : les globules rouges, essentiels pour transporter l’oxygène, ont une durée de validité de 42 jours. Le plasma, riche en protéines et en facteurs de coagulation, reste stable pendant une année entière. Enfin, les plaquettes, vitales pour la coagulation, ne survivent que cinq jours. « D’où l’importance cruciale de collecter régulièrement des dons pour assurer un approvisionnement adéquat dans les hôpitaux », insiste la cheffe du CNTSH.

« Il est essentiel de se rappeler que la générosité et la solidarité ne prennent pas de congé. Les campagnes de don de sang ont prouvé que même dans les moments de loisir et de détente, il est possible de faire une différence significative dans la vie des autres. Faire un don de sang, c’est sauver des vies, et cela devrait rester au cœur de nos priorités, même pendant les jours ensoleillés de l’été », rappelle la cheffe du Centre national de transfusion sanguine. 

Kenza Aziouzi / Les Inspirations ÉCO


PLF/Médicament: « la fabrication locale est condamnée par cette mesure ! » (VIDEO)



Rejoignez LesEco.ma et recevez nos newsletters



Bouton retour en haut de la page