Maroc

Des ambitions à l’épreuve des réalités

La Région de Drâa-Tafilalet, la plus vaste du Maroc, est classée au 9e rang national en matière de création de la richesse. Malgré ses atouts économiques, elle ne participe cependant qu’à hauteur de 2,6% au PIB national. Pour ce territoire, comme pour d’autres collectivités territoriales, situées loin du podium des régions contribuant le plus au PIB du Royaume, ce constat implique la nécessité d’insuffler un élan supplémentaire au développement afin de réduire les écarts sociaux et économiques existants et de monter crescendo dans le classement des régions les plus dynamiques. Dans ce sens, le Nouveau modèle de développement (NMD) offre un cadre adéquat pour faire converger les différentes visions et stratégies dans le cadre d’une intelligence collective permettant d’accélérer le développement économique et social de la région. Celle-ci entend, actuellement, consolider ses moteurs historiques de croissance tout en œuvrant à la création de nouvelles niches d’activités. Ceci passera, notamment, par le développement d’écosystèmes intégrés autour de l’investissement dans les secteurs économiques phares.

La captation de la valeur ajoutée
En effet, de nombreuses potentialités, notamment minières, agricoles, énergétiques, touristiques et cinématographiques… confèrent à ce territoire un potentiel de développement économique considérable, à condition de mettre l’accent sur la captation de la valeur ajoutée. Ceci passe impérativement par la mise en œuvre du PDR, déjà approuvé par le Conseil régional, et du SRAT, actuellement en phase finale d’élaboration. Il faut souligner, par ailleurs, que la nouvelle équipe dirigeante a déjà procédé à l’accélération de l’élaboration des documents de référence.

Ces derniers fixent à six ans la durée des actions de développement économique et social, conformément à la loi organique relative aux régions, et à 25 ans, les orientations en matière d’aménagement de territoire. Dans ce sens, parmi les objectifs de la vision stratégique à l’horizon 2040 pour la région, on peut citer le quadruplement de son PIB, avec pour ce faire, une croissance -durant les deux prochaines décennies- deux fois plus rapide que la moyenne nationale.

Pour sa part, le PDR a déjà identifié les prérequis nécessaires en se positionnant sur plusieurs niches de croissance et en mettant l’accent sur certains, jugés comme particulièrement porteurs. Autant de conditions pour que se réalise le décollage tant attendu de la Région Drâa-Tafilalet, dans le cadre d’une nouvelle dynamique basée sur la synergie et l’intelligence collective de l’ensemble des acteurs concernés.

Yassine Saber / Les Inspirations ÉCO

Baisse des prix du carburant : 1 milliard de DH de perte pour les distributeurs



Rejoignez LesEco.ma et recevez nos newsletters


Bouton retour en haut de la page