Maroc

Coopération triangulaire

La coopération triangulaire développée entre le Maroc, l’Afrique et le Japon doit attirer plus d’attention. Elle vient de se matérialiser une nouvelle fois par la formation à l’Office national de l’électricité et de l’eau potable (ONEE), de près de 100 agents subsahariens issus de 18 pays. Une cérémonie marquant la fin de ce programme entamé depuis janvier 2014 a été organisée vendredi 5 février à Casablanca (voir p.13). Au cours de cette rencontre, une expression clé est revenue à plusieurs reprises lors du discours des officiels : «transfert de compétences». Aussi bien du côté marocain que nippon, en passant par les bénéficiaires, tous ont compris que cette coopération se fructifie par le partage des expériences. Le Maroc bénéficiant de sa proximité géographique, culturelle, mais aussi socio-économique avec les pays du sud du Sahara apparaît ainsi comme la destination privilégiée des partenaires japonais pour concrétiser cette dynamique de transfert de technologies. Cette approche, même si elle peut s’expliquer par le souci des uns de faire d’importantes économies en ces périodes de resserrements budgétaires, joue pleinement en faveur du royaume. D’où la nécessité de rehausser encore et toujours les standards et la qualité de l’expertise. D’ores et déjà, force est de reconnaître que les acquis sont reconnus de tous, à commencer par les partenaires non africains comme le Japon. Vivement que cet exemple inspire l’ensemble des bénéficiaires afin que l’Afrique réussisse le pari du développement inclusif. 



Abonnez vous pour lire tout le contenu de votre quotidien Les Inspirations Eco

Rejoignez LesEco.ma et recevez nos newsletters


Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page