Maroc

Cités des métiers et des compétences. Une douzaine de sociétés en participation pour achever les chantiers

Un nouveau décret autorise l’OFPPT à créer 12 sociétés en participation, en vue de la construction des Cités des métiers dans l’ensemble des régions, pour un coût de plus de 3,6 MMDH, compte non tenu de la charge du foncier.

Le coup d’envoi des travaux de construction de trois Cités des métiers et des compétences, dans les régions de Casablanca-Settat, Rabat-Salé-Kenitra et Fès-Meknès, avait été donné en juillet dernier. Le volet réglementaire relatif à la mise en place de sociétés de gestion qui seront chargées de mener à bien le programme de construction desdites cités, est à présent bouclé, avec la promulgation d’un nouveau décret émanant du Chef du gouvernement.


C’est dire que le processus avance conformément au calendrier fixé en 2020, notamment après le lancement des travaux, en septembre 2020, de la Cité des métiers et des compétences de Laâyoune. «L’ouverture des cités se fera de manière progressive, en trois étapes, sur une période s’étalant entre les rentrées 2021-2022 et 2023-2024 », indique le décret qui valide la création de 12 sociétés en participation, comme cela découle d’une résolution du Conseil d’administration de l’OFPPT, adoptée le 5 avril 2021, ajoute la même source.

Pour l’Office, l’activité principale des sociétés nouvellement créées consiste en «la gestion des Cités des métiers et des compétences au niveau régional, ainsi que la réalisation de toutes les opérations financières, commerciales et foncières dans chaque région». Le coût global prévisionnel, pour la réalisation des travaux, a été estimé à 3,6 MMDH, «sans compter la réserve foncière», précise la nouvelle réglementation. En ligne de mire, figure la construction de 12 cités qui seront gérées par les nouvelles sociétés en participation, en vue d’achever les travaux dans les délais impartis.

La réalisation de ce projet a nécessité la conclusion d’une convention conjointe entre l’OFPPT, le Fonds Hassan II pour le développement économique et social ainsi que les deux départements de l’Éducation nationale et des Finances.

L’impact attendu de l’accélération des chantiers

S’étalant sur les trois prochaines années, le projet de mise en place des Cités des métiers et des compétences forme l’ossature du programme destiné à améliorer l’employabilité des jeunes lauréats. La réalisation de 12 cités vise, essentiellement, à créer des plateformes de formation professionnelle multisectorielles, destinées à accueillir, annuellement, un effectif de 34.000 stagiaires en formation.

Pour l’Office, le concept des cités repose sur une nouvelle gouvernance axée sur la création de sociétés de gestion (S.A.), « permettant un rapprochement effectif entre l’OFPPT, l’entreprise et la région, et conférant à la cité l’agilité et la souplesse de gestion nécessaires pour s’adapter aux besoins d’un marché en perpétuelle évolution».

L’offre de formation, qui sera dispensée par ces cités, a été définie pour répondre aux besoins en compétences des écosystèmes économiques régionaux, selon l’approche adoptée pour la réalisation des nouvelles infrastructures d’accueil. À noter que les modules de formation devront se focaliser sur 12 secteurs d’activité, qui seront déclinés en 195 filières de formation ciblant, principalement, les nouveaux métiers, et choisies en complémentarité avec l’offre actuelle.

Younes Bennajah / Les Inspirations ÉCO

Rejoignez LesEco.ma et recevez nos newsletters


Articles similaires

Bouton retour en haut de la page