Maroc

CGEM: ce qui va changer après le Conseil d’administration

La Confédération générale des entreprises du Maroc a tenu son Conseil d’administration, où elle a confirmé qu’elle ne veut plus de dirigeants politiques dans ses rangs, surtout aux postes de président et de vice-président.

Nous l’annonçions dans notre précédente édition : «est-ce qu’un dirigeant politique doit – ou peut- aussi être élu comme dirigeant à la Confédération générale des entreprises du Maroc (CGEM) ?». C’est aujourd’hui tranché et la réponse est non ! Les dirigeants de la CGEM devront être apolitiques. C’est ce qui ressort du Conseil d’administration du patronat, tenu jeudi 11 février sous la présidence de Chakib Alj. L’ordre du jour portait notamment sur le rapport moral de l’exercice 2020, le rapport financier de l’exercice 2020, le rapport du commissariat aux comptes sur l’exercice 2020, l’approbation des comptes et quitus à la présidence et au Conseil d’administration de la CGEM, ainsi que des questions de réorganisation. Parmi les points saillants de cette réunion, l’attention était notamment focalisée sur l’article 4 des statuts de la CGEM, qui stipule le principe de neutralité de la Confédération.


Dans un souci de pérenniser sa conduite indépendante et de clarifier les conditions de mise en œuvre de l’article précité, est-il expliqué, le Conseil d’administration a donc voté, favorablement, avec une très large majorité, une résolution visant à préciser les conditions d’éligibilité à la présidence et vice-présidence générale de la CGEM et à modifier les articles 10.2.b.II et 11.3.b du règlement intérieur pour garantir une harmonie avec les statuts relative à l’ancienneté d’adhésion à la Confédération. Surtout, le Conseil a statué en faveur de l’ajout dans les articles 7.1.a et 7.1.b de son règlement intérieur de la disposition édictant que « ne pas assurer ou ne pas avoir assuré, pendant les six derniers mois précédent le dépôt de candidature, de fonctions dans un organe décisionnel ou exécutif, national ou régional d’un parti politique».

La CGEM a, en outre, rappelé lors de son Conseil d’administration, qu’ «étant essentiellement une institution à vocation économique professionnelle, toute prise de position en faveur d’un parti politique, ou à caractère religieux est, sous peine de sanctions, rigoureusement interdite au sein de la CGEM et ne peut être faite en son nom». Dans l’exercice de sa mission, la CGEM s’investit, dans le cadre de son objet et des orientations générales arrêtées par le conseil d’administration, au bénéfice exclusif de l’entreprise. En conséquence, a-t-il été décidé, la Confédération s’interdit tout acte et toute action à caractère partisan ou discriminatoire. Toutefois, est-il précisé, l’obligation de neutralité n’interdit pas à la CGEM ou à ses membres de participer aux institutions constitutionnelles du royaume, telles que la Chambre des conseillers ou le Conseil économique, social et environnemental, et, plus généralement, de prendre part au débat public. À préciser que cette décision approuvée à l’unanimité par les membres du Conseil d’administration, sera traduite dans les faits, au niveau des statuts et du règlement intérieur qui régissent le cadre de fonctionnement du patronat. Rendez-vous est pris pour le mois de mai prochain !

AGO. Rendez-vous le 27 mai, si les restrictions sanitaires sont levées

Lors de son Conseil d’administration du 11 février, la CGEM a passé en revue une série de points, dont les arrêtés des comptes 2020 et le budget 2021, mais aussi la nomination de nouveaux mandataires et présidents de conseils d’affaires. Ainsi, l’arrêté des comptes de l’année 2020, a été validé et il a été décidé de reporter le résultat dudit exercice. La date du 27 mai 2021 a, aussi, été retenue pour la tenue de la prochaine assemblée générale ordinaire, si les restrictions sanitaires sont levées.

Par ailleurs, les membres du Conseil d’Administration ont entériné la création de la Fédération marocaine des entreprises de services de santé (FMAESS) et la cooptation de la Fédération marocaine du commerce en réseau (FMCR), de la Fédération marocaine de l’industrie et de l’innovation pharmaceutiques (FMIIP) et de la Fédération marocaine de l’externalisation des services (FMES). A aussi été votée la proposition de nomination des membres aux différentes institutions publiques, semi-publiques ou privées et la proposition de nomination des présidents des conseils d’affaires. Enfin, le CA a coopté Meryem Chami, directrice générale d’AXA Assurances Maroc, en qualité de membre désigné.

Sanae Raqui / Les Inspirations Éco

Rejoignez LesEco.ma et recevez nos newsletters


Articles similaires

Bouton retour en haut de la page