Maroc

Bassins hydrauliques : merci, la pluie !

Après la baisse enregistrée en 2019 au niveau des bassins hydrauliques, les pluies, enregistrées durant ce mois de janvier, ont été plus que généreuses pour les bassins et les barrages.

Si les pluies, qui se sont abattues sur toutes les régions du pays, ont dévoilé à nouveau la faiblesse des infrastructures d’évacuation à l’intérieur de plusieurs villes, l’épisode pluvieux a été plus que bénéfique pour les principaux bassins du pays ainsi qu’au niveau de certains barrages considérés comme stratégique pour l’approvisionnement en eau potable. Le nouveau bilan du département de tutelle indique en effet que durant la période du 1er au 19 janvier, plus de 100 mm ont été enregistrés au niveau des bassins du Loukkos, du Souss Massa et du Sebou, alors que les bassins du Bouregreg et de l’Oum Errbia ont connu une hausse se situant entre 50 et 100 mm.


Pour les bassins du Tensift, de la Moulouya, du Draa et du Ziz Guir Rheriss, les pluies ont été moins importantes. En plus de cette amélioration au niveau des bassins, le bilan montre également que d’importantes chutes de neige ont intéressé les reliefs du pays, qui a atteint dans certaines régions plus de 90 cm. D’un autre côté, les précipitations enregistrées durant ce mois de janvier ont généré des apports d’eau importants au niveau des grands barrages, évalués au 19 janvier 2021 à environ 1.406 millions m3.

«Ceci a permis d’améliorer le taux de remplissage des retenues de ces infrastructures hydrauliques, qui a évolué de 37% le 1er janvier 2021 à 44.8% actuellement, soit une réserve d’eau stockée de 7.19 milliards de m3», ajoute le bilan provisoire de cette année.

Les apports d’eau enregistrés, durant cette même période, au niveau des principaux grands barrages ont concerné par ordre d’importance, le barrage Al Wahda avec 446 mm3, relevant son taux de remplissage à 66.4% et sa réserve à 2.340 mm3, suivi par le barrage Oued El Makhazine qui a enregistré plus de 147 mm3, relevant son taux de remplissage à 97.1% et sa réserve à 653.3 mm3. À noter que suite à ces précipitations, «le niveau des réserves d’eau des retenues des barrages, ainsi que celui des nappes d’eau souterraine continueront à s’améliorer durant les jours à venir. Ceci permettra d’accroître le niveau de sécurisation de l’alimentation en eau potable des villes et des centres desservis à partir des barrages», indique le bilan du gouvernement. À souligner que le réseau hydrologique du Maroc joue un rôle déterminant dans la gestion des ressources en eau du pays, particulièrement dans les situations de sécheresse et de fortes précipitations. Jusqu’à présent, le Maroc dispose de 380 postes pluviométriques.

Younes Bennajah / Les Inspirations Éco

Rejoignez LesEco.ma et recevez nos newsletters


Articles similaires

Bouton retour en haut de la page