Maroc

Bank Al-Maghrib: à quoi s’attendent les entreprises pour les trois prochains mois

Pour les trois prochains mois, les entreprises s’attendent globalement à une hausse de la production et des ventes. Selon une enquête de conjoncture de Bank Al-Maghrib, au cours du 4e trimestre 2020, 49% des chefs d’entreprises ont qualifié le climat des affaires de normal.

Le climat des affaires pâtit encore des effets de la crise économique liée à la pandémie du nouveau coronavirus. Mais aussi surprenant que cela puisse paraître, nombreux sont les industriels qui croient, malgré tout, à leur bonne étoile et tablent sur des lendemains meilleurs. Selon une enquête de conjoncture de Bank Al-Maghrib (BAM), au cours du 4e trimestre 2020, 49% des entreprises ont estimé que l’environnement du Doing Business est plutôt favorable dans le pays. Un optimisme mesuré que l’on retrouve notamment dans les branches du Textile et cuir, ainsi que dans l’Électrique et l’électronique (EE).


En parallèle, pour 43% des industriels interrogés par les enquêteurs de BAM, le climat des affaires est défavorable. Cette dernière proportion varie de 20% dans l’Électrique et électronique à 67% dans le Textile et cuir. S’agissant des perspectives, les chefs d’entreprises opérant dans le secteur industriel anticipent globalement une hausse de la production et des ventes pour les trois prochains mois. Les résultats de cette enquête font également ressortir que la production a stagné en décembre 2020, et le taux d’utilisation des capacités (TUC) s’est stabilisé à 70%. Concernant les ventes, celles-ci ont enregistré une augmentation tant sur le marché local qu’étranger.

De même, les commandes ont progressé, avec un carnet qui s’est situé à un niveau inférieur à la normale. Par branche d’activité, la production est restée quasiment stable d’un mois à l’autre dans l’agro-alimentaire, a enregistré une hausse dans le Textile et cuir, dans la Chimie et parachimie et dans l’Électrique et électronique et a accusé une baisse dans la Mécanique et métallurgie. Pour leur part, les ventes ont augmenté dans toutes les branches, à l’exception de l’agro-alimentaire où elles auraient plutôt stagné. Pour ce qui est des commandes, celles-ci ont connu une hausse dans l’Agro-alimentaire et le Textile et cuir, une stagnation dans la Chimie et parachimie et une baisse dans la Mécanique et métallurgie. L’enquête fait également ressortir que le stock des matières premières et demi-produits a été à un niveau normal dans l’ensemble des branches d’activité, tandis que les effectifs employés durant les trois derniers mois ont stagné. Parallèlement, BAM indique que les coûts unitaires de production ont stagné selon 59% des industriels (79% dans la Mécanique et métallurgie, 70% dans l’Agro-alimentaire, 67% dans le Textile et cuir, 65% dans l’Électrique et électronique et 35% dans la Chimie et parachimie).

«Pour les trois prochains mois, les entreprises s’attendent globalement à une hausse de la production et des ventes. Toutefois, 20% d’entre elles déclarent ne pas avoir de visibilité quant à l’évolution future de la production et 34% pour ce qui est des ventes», indique la Banque centrale ans une note sur cette enquête dont les données ont été collectées entre le 1et et le 29 janvier 2021, avec un taux de réponse de 65%.

Cette enquête mensuelle de Bank Al-Maghrib vient ainsi compléter une autre enquête du Haut-commissariat au plan (HCP), rendue publique fin décembre. Portant sur l’évolution de l’activité industrielle au cours du troisième trimestre 2020 et les anticipations pour le dernier trimestre, le document renseigne sur l’estimation de la production par secteur, selon les appréciations des chefs d’entreprises. Ainsi, d’après les avis recueillis par le HCP, la production de l’industrie manufacturière aurait connu une baisse au cours du troisième trimestre. Une tendance imputable, d’une part, à la diminution de l’activité dans les branches des travaux de construction spécialisés et du génie civil, et d’autre part à la hausse d’activité dans la branche de la construction de bâtiments». Résultat, les carnets de commandes dans la construction se seraient situés à un niveau inférieur à la normale, et l’emploi aurait connu une baisse. En revanche, les signaux de la production ont demeuré au vert dans l’industrie extractive, environnementale et énergétique. 

Khadim Mbaye / Les Inspirations Éco

Rejoignez LesEco.ma et recevez nos newsletters


Articles similaires

Bouton retour en haut de la page