Maroc

Autoroutes du Maroc: les détails du rapport annuel

La société nationale des Autoroutes du Maroc vient de rendre public son rapport annuel et de responsabilité sociale pour l’année 2019. Il en ressort un résultat excédentaire de 101,3 MDH et un chiffre d’affaires de 3,30 MMDH.

Autoroutes du Maroc (ADM) vient de publier son rapport annuel au titre de l’année 2019, revenant ainsi sur les différentes réalisations, les chiffres et les défis qui ont marqué cette année. Dans son rapport, ADM rappelle en effet que 2019 a été marquée par la signature d’un contrat de prêt concessionnel avec la Banque européenne d’investissement (BEI) d’un montant de 75 millions d’euros, soit près de 810 MDH.


Cet investissement était destiné au financement des travaux d’élargissement à 2 x 3 voies des autoroutes de contournement de Casablanca et de Casablanca-Berrechid. La société rappelle également avoir réussi une levée obligataire d’un montant de 2 MMDH pour financer ses besoins de trésorerie sur une maturité de 30 ans, avec 15 ans de grâce.

L’encours de la dette totale a atteint, pour sa part, près de 39,4 MMDH répartis entre près de 18,9 MMDH de dette concessionnelle en devises et 20,5 MMDH de dette en dirham garantie par l’État. ADM note également, dans le document, avoir signé 52 conventions avec des bailleurs de fonds internationaux et avoir eu recours principalement à l’autofinancement généré par l’exploitation aux émissions obligatoires et au financement des bailleurs de fonds. Pour ce qui est des résultats financiers, le rapport souligne que pour la 3e année consécutive, ADM a affiché en 2019 un résultat net positif de plus de 101,3 MDH.

Quant au chiffre d’affaires d’ADM à fin décembre 2019, il a atteint 3,30 MMDH, soit une évolution de 6% par rapport à l’année précédente, portée essentiellement par l’augmentation du trafic. Les charges courantes d’exploitation sont en augmentation maîtrisée de 2% par rapport à 2018, indique le rapport. Ce dernier fait également savoir que l’EBE (Excédent brut d’exploitation) d’ADM à fin décembre 2019 s’élève à plus de 2,14 MMDH, en baisse de 6% par rapport à l’année précédente, expliquée par le rythme accéléré des grosses réparations de cet exercice.

«Le résultat d’exploitation de 2019 affiche une amélioration de 1% par rapport à 2018, pour atteindre 1,68 MMDH. Quant au résultat financier, il reste maîtrisé à -1.54 MMDH par rapport à -1.56 MMDH en 2018.» Il est également mentionné dans le rapport que le crédit de TVA de la société a baissé de 9%, soit 393 MDH, passant de 4.261 MDH fin 2018 à 3.868 MDH au 31 décembre 2019. Cette baisse s’explique par une politique d’exonération des investissements, adoptée par ADM depuis 2017. Cela a permis, selon le rapport, de conclure quatre conventions d’investissements avec l’État pour une enveloppe de 3 MMDH sur trois ans, soit un saving de 600 MDH.

Selon Anouar Benazzouz, directeur général d’ADM, «le réseau autoroutier national a connu un élan formidable de développement durant ces deux dernières décennies, allant de 400 km à 1.800 km, soit la réalisation de plus de 80% du linéaire». Il ajoute que «le trafic autoroutier en 2019 a connu une croissance de près de 5%, bien au-delà de la croissance du PIB.

La circulation moyenne journalière pendant l’année s’est établie à 24,2 millions véhicules kilomètres par jour, soit une augmentation de 3,9% par rapport à l’année 2018, avec 432.000 transactions par jour en progression de 8%». Optimiste, le directeur général s’est dit «confiant» en l’avenir du Maroc, malgré un contexte particulier marqué par la crise du coronavirus. «Nous avons plus que jamais cette volonté de faire de la société nationale des Autoroutes du Maroc un modèle de développement d’entreprise publique», a-t-il souligné.

ADM mobilisé en faveur de son écosystème par ailleurs, le rapport d’ADM a également mis l’accent sur les différents programmes en faveur des communautés proches et de la R&D (recherche et développement) marocaine.

Parmi ceux-ci, figure le programme J (jeunes espoirs) mis en œuvre en partenariat avec le ministère de l’Éducation nationale, de la formation professionnelle, de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique depuis 2008. Ce programme soutient les communautés riveraines qui ont vu leur environnement modifié par le passage d’une autoroute.

Ainsi, ADM a réhabilité, depuis 2008, plus de 325 écoles limitrophes à l’autoroute. Pour améliorer ce concept, ADM a décidé d’apporter une nouveauté au programme en impliquant et en mobilisant les ressources humaines de l’entreprise.

Cette nouvelle version vise à faire parrainer chaque école partenaire par une collaboratrice ou un collaborateur qui s’engagera à maintenir le lien avec l’école pour faire remonter les besoins du terrain, renforcer les liens avec la communauté de l’école et veiller à la pérennité du programme.

Ainsi, après le succès de l’expérience de 2018, qui a connu le déploiement de cette nouvelle version du programme J avec sa composante humaine et éducative, auprès de 10 écoles pilotes, cette action a été élargie en 2019 à 50 écoles réparties sur les différents axes autoroutiers.

ADM a également lancé, en 2019, les travaux de deux projets de recherche avec l’Institut agronomique et vétérinaire Hassan II (IAV) et l’École hassania des travaux publics (EHTP).

La société nationale a aussi entamé la phase de déploiement du projet Al Ard à grande échelle. Un projet qui associe les agriculteurs riverains à l’autoroute, multipliant ainsi les semences destinées à la fixation des sols. ADM a initié diverses actions en matière de protection de l’environnement.

Mariama Ndoye / Les Inspirations Éco

Rejoignez LesEco.ma et recevez nos newsletters


Articles similaires

Bouton retour en haut de la page