Maroc

Automobile : une deuxième usine pour l’américain Adient

Abonnez vous pour lire tout le contenu de votre quotidien Les Inspirations Eco

L’axe Washington-Rabat a le vent en poupe. Après la spectaculaire reconnaissance de la marocanité du Sahara par le président Trump, le privé américain semble suivre le mouvement. C’est le cas du groupe Adient, leader mondial du segment des sièges automobile, qui se dotera d’une nouvelle usine à Kénitra.

Moulay Hafid Elalamy ne croyait pas si bien dire. Lors de la signature du protocole pour l’extension de la zone d’accélération industrielle de Kénitra, le 8 décembre dernier, il avait promis à la presse que les «face-à-face» allaient désormais reprendre de plus belle, après plusieurs mois de «confinement». Il a fallu seulement une semaine au ministre pour honorer un nouveau rendez-vous avec les journalistes. Et comme la précédente rencontre, ce lundi 14 décembre, il était question d’annoncer une bonne nouvelle : un good deal entre le Maroc et l’équipementier automobile américain Adient. Le protocole d’accord, engageant les deux partenaires, a été paraphé à Rabat par le ministre et le vice-président exécutif EMEA du groupe Adient, Michel Berthelin, le même jour. En gros, il s’agit d’une intention d’investir de la part du leader mondial du segment des sièges automobile. L’entreprise veut en effet injecter 15,5 millions d’euros (M€) au Maroc pour mettre en place une nouvelle unité de production de coiffes à la Zone d’accélération industrielle à Kénitra, qui se verra élargir de plus de 90 ha. Les investisseurs se bousculent à la porte de ce terreau fertile industriel niché entre les pôles économiques Casablanca et Tanger.


Un écosystème Adient au Maroc
L’entreprise américaine, qui revendique plus de 33% de part de marché du secteur industriel, 80.000 employés et 220 usines à travers le monde, renforce ainsi ses activités au Maroc à travers un important programme d’investissement portant notamment sur une usine de fabrication de coiffes pour les clients du groupe (PSA, VW et Toyota). Ladite unité, qui sera érigée sur un terrain de 24.500 m², permettra de générer 1.600 emplois et un chiffre d’affaires à l’export de 60 M€ pour servir 750.000 véhicules. En outre, l’accord prévoit le lancement d’un écosystème fournisseurs visant à assurer le développement de la chaîne de valeurs automobile au Maroc et à confirmer la volonté du groupe de localiser de nouvelles activités au Maroc, incluant notamment les appuie-têtes et les accoudoirs. Adient, qu’on ne présente plus dans le royaume, compte aussi créer un centre technique et d’ingénierie de coiffe au Maroc pour le développement et le design produit. Premier de son genre dans le royaume, ce centre technique permettra de générer 50 postes d’ingénieurs. «Cet investissement atteste de la confiance que témoignent les investisseurs de renommée au Maroc qui se positionne désormais en tant que plateforme de production et d’exportation d’équipements et de véhicules automobiles», s’est félicité Elalamy qui s’exprimait à cette occasion. Et de souligner que ce projet d’envergure permettra de renforcer l’intégration et la compétitivité du secteur de l’automobile au Maroc. Ces projets, a-t-il soutenu, s’inscrivent dans le cadre d’une stratégie de long-terme du groupe Adient dans le royaume et confortent la compétitivité de l’offre Maroc et la qualité de son capital humain. Pour sa part, Berthelin a indiqué que l’équipementier Adient est reconnaissant au Maroc de lui ouvrir ses portes un peu plus encore dans cette deuxième phase de son développement. «Cet accord va favoriser notre ambitieuse expansion de production dans les coiffes de sièges et dans le développement du savoir-faire technique associé. Le Maroc, en plus d’une situation géographique favorable, c’est une main-d’œuvre dynamique, ayant bénéficié d’une formation de qualité», a-t-il conclu.

Moulay Hafid Elalamy
Ministre de l’Industrie, du commerce, de l’investissement et de l’économie numérique
«Avec le groupe Adient, nous avons aussi l’intention de lancer un écosystème fournisseurs, c’est-à-dire de voir autour de l’entreprise américaine tous ces fournisseurs qui peuvent contribuer à la réalisation de leurs produits. L’écosystème fournisseurs doit créer 300 emplois supplémentaires autour d’Adient et de ses partenaires PME»

Bientôt trois ans au Maroc

Le groupe Adient s’est installé au Maroc en 2018 avec l’inauguration de sa 1ere usine à Atlantic Free Zone (AFZ), d’une superficie de 8.500 m², sur un total de 18.000 m², nécessitant un investissement de 150 millions de dirhams et employant 245 personnes. Spécialisée dans le laminage de tissus pour les sièges automobile et fournit des OEM tels que Renault, PSA, Opel, BMW et Nissan, l’usine constitue la première filiale d’Adient en Afrique du Nord. Elle est connue sous le nom de «Lamination Automotive Fabrics».

Khadim Mbaye / Les Inspirations Éco

Rejoignez LesEco.ma et recevez nos newsletters


Articles similaires

Bouton retour en haut de la page