Maroc

Automobile-Norme Euro6B : au moins 5% d’augmentation des prix attendue

Avec l’entrée en vigueur de la norme écologique Euro6B pour l’importation des véhicules au Maroc, un effet de hausse intrinsèque des prix de vente des véhicules neufs estimé entre 5 et 8% est à prendre en considération, et ce, pour tous les types de véhicules.

Une nouvelle norme antipollution est entrée en vigueur, le 1er janvier 2023. Il s’agit de la norme écologique Euro6B pour l’importation des véhicules au Maroc. Cette année, cette nouvelle réglementation ne concerne que les véhicules légers, puisqu’un arrêté commun du ministère du Transport et de la logistique et de celui de la Transition énergétique a été publié pour laisser un moratoire à la catégorie du poids lourd, jusqu’en 2025 (soit 24 mois). La norme Euro6, actuellement applicable à l’importation des véhicules légers, vient ainsi réduire, de façon significative, les plafonds des émissions polluantes par rapport à la norme Euro4. Les acteurs nationaux du marché automobile se préparent depuis plus de cinq ans à l’arrivée de cette nouvelle norme.

«D’ailleurs parmi les chantiers mis en place par notre association, celui de pousser vers une mise à niveau de la qualité du fioul pour que les motorisations des véhicules essence puissent être conformes à la norme Euro6B», affirme Adil Bennani, président de l’Association des importateurs de véhicules au Maroc (AIVAM). Il faut dire que les distributeurs automobiles ont lancé leurs processus d’homologation depuis quelques années déjà. Aujourd’hui, les véhicules Euro6 sont déjà présents dans les gammes de véhicules proposées par les marques sur le marché national.

Des véhicules respectueux de l’environnement, mais plus chers
Dorénavant, tout nouveau véhicule qui rentre au Maroc doit être homologué à la norme Euro6B. Si ce type de véhicules pollue au moins 5 fois moins qu’un véhicule Euro4, la conséquence est de facto visible sur le prix qui devient intrinsèquement plus cher. C’est ce que confirme Bennani assurant que «le prix des véhicules homologués Euro6 varie en fonction des constructeurs, mais aussi des modèles. Il se situe dans une fourchette de 5 à 8% supérieure au prix d’un véhicule aux anciennes normes».

Une transition difficile pour les transporteurs
Ceci explique la montée au créneau des professionnels du secteur du transport auprès du ministère de tutelle, pour solliciter un allongement des délais d’application de cette norme pour le cas des véhicules lourds, au vu de la morosité de la situation économique et du manque de visibilité. «Le prix du camion homologué Euro4 a enregistré au moins une hausse de 12% entre 2018 et aujourd’hui, en additionnant une hausse de 5 à 8% pour être conforme à l’Euro6. Les acteurs du transport ne pourront pas suivre cette progression importante et n’investiront pas dans de nouveaux véhicules», souligne Bennani. Cela dit, que les pouvoirs publics laissent du temps aux acteurs du secteur du transport, afin de reprendre leur souffle et assurer une relance face aux effets de la crise sanitaire sur les chaînes d’approvisionnement, la hausse du taux de change du dollar, la flambée des prix des carburants, et en général la conjoncture inflationniste actuelle. In fine, un moratoire d’une durée qui ne dépasse pas une année est accordé aux distributeurs et concessionnaires pour liquider leurs stocks, et ce, jusqu’au 1er janvier 2024 au plus tard. A partir de cette date, leurs véhicules légers ne pourront pas être immatriculés.

Les plus de l’Euro6B pour les particuliers 

Si les véhicules légers homologués Euro6B devraient coûter encore plus cher pour les clients, ces derniers devraient profiter de plusieurs avantages en parallèle. En effet, en plus du respect de l’environnement, les moteurs sont beaucoup plus performants et surtout beaucoup moins consommateurs d’énergie. Au vu du prix du carburant qui affiche des hausses importantes par rapport à l’avant-crise sanitaire, la hausse du prix d’achat du véhicule Euro6B est largement compensée par la réduction de la consommation du carburant.

Sanae Raqui / Les Inspirations ÉCO

Investissement : voici où placer son argent en 2023 au Maroc



Rejoignez LesEco.ma et recevez nos newsletters


Bouton retour en haut de la page