Maroc

Al Hoceima: le gouvernement cherche une sortie de crise

Le déplacement d’une importante délégation ministérielle à Al Hoceima couplé au mouvement de contestation nous oblige à un exercice de flash-back. La mort de Mohcine Fikri fin octobre 2016 n’a été que la goutte qui a fait déborder le vase. Retour sur une promesse de développement non tenue.


Baptisé «Al-Hoceima, Manarat Al Moutawassit», le programme de développement de la ville d’Al-Hoceima, promettait monts et merveilles, constituant surtout une promesse de métamorphose du phare de la Méditerranée qu’est la ville.
S’étendant sur la période 2015-2019, ce programme prévoyait des investissements de l’ordre de 6,515 MMDH. L’ensemble des conventions pour la mise en application de Manarat Al Moutawassit ont été paraphés, le samedi 17 octobre 2015 à Tétouan, devant le roi Mohammed VI.

 

Les parties signataires, à savoir les départements ministériels et les élus locaux, se sont engagés à appliquer à la lettre les directives de cette feuille de route de développement concernant Al-Hoceima et région, autrement dit Ajdir, Imzouren, Beni Bouayach et Targuist.

Aujourd’hui, alors qu’on assiste à un mouvement de contestation des jeunes de la région, on se pose la question suivante: à qui la faute?

Les chantiers engagés ambitionnaient, comme le revendiquent aujourd’hui des enfants de la région, de développer les milieux urbain et rural de la province, via, «à titre d’exemple, l’édification de centres hospitaliers spécialisés, la construction de l’aéroport Cherif Al Idrissi, l’aménagement d’une zone industrielle et la réalisation de plusieurs projets sociaux, dédiés principalement aux jeunes et aux catégories vulnérables».
Malgré des termes macroéconomiques aussi «officiels», ces ambitions embrassent les revendications des manifestants, qui ne cessent d’exprimer leur «droit légitime d’avoir les infrastructures de base et une croissance économique qui garantisse des emplois pour les jeunes de la région».

Le mal est fait…Mais on peut toujours se rattraper

Alors que le mal est fait, la délégation ministérielle conduite par Abdelouafi Laftit, ministre de l’Intérieur, vient d’enrichir «Al-Hoceima, Manarat Al Moutawassit» de nouveaux projets qui viendront accélérer la cadence des réalisations. Ainsi, ce programme doté d’une enveloppe de 6,5 MMDH a été étoffé, hier lundi 22 mai, par un programme complémentaire de routes de 400 MDH, un barrage sur l’Oued Ghiss de 1,3 MMDH et un programme de réduction des inégalités territoriales de 1,7 MMDH.
Devant l’inaction des responsables régionaux, cette délégation intervient afin d’accélérer un plan préparé et présenté par la région, pour la région.

Rejoignez LesEco.ma et recevez nos newsletters


Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page