Maroc

Agadir : le week-end prolongé dynamise le tourisme interne

La période de l’Aïd Al-Adha a déclenché une véritable ruée vers les hôtels de la destination Agadir, surtout les établissements d’hébergement classés qui se sont déjà positionnés sur les flux nationaux. Certains hôtels en front de mer ont affiché quasiment complet durant cette période en se référant aux principales centrales de réservation. 

D’après le CRT du Souss-Massa, la fréquentation touristique des nationaux au niveau de la destination Agadir a enregistré une baisse de 5,29% pour les arrivées et de 9,64% pour les nuitées au cours des quatre premiers mois de 2024, en glissement annuel. La station balnéaire devrait cependant tirer son épingle du jeu grâce au week-end prolongé du 15 au 18 juin 2024.

Le long week-end du 15 au 18 juin  a déclenché une véritable ruée vers les hôtels gadiris, surtout les établissements d’hébergement classés qui se sont positionnés sur le marché national. Selon Abdelhaq Chahli de l’Association régionale de l’industrie hôtelière d’Agadir (ARIHA), «bien que cet engouement pour la destination ne peut être quantifié pour le moment sur le plan statistique, la demande est perceptible à travers les différentes réservations qui anticipent un engouement pour la destination».

Dans le détail, Chahli a souligné que «les offres diffèrent d’un établissement à l’autre. Toutefois, ce sont les clubs de vacances qui ont le plus la cote par rapport à l’offre classique hôtelière, en raison de leurs offres adaptées pour les enfants». Cette tendance est déjà confirmée par certains hôtels en front de mer qui affichent déjà quasiment complet durant cette période en se référant aux principales centrales de réservation en ligne.

En attendant une véritable politique dédiée…
«Bien que le pouvoir d’achat des nationaux ait été affecté ces derniers temps, une partie de la classe moyenne marocaine et d’autres catégories préfèrent séjourner dans les établissements touristiques, notamment durant cette période d’Aïd Al-Adha. D’où la nécessité de mettre en place une vraie politique dédiée à ce segment afin que les destinations profitent de l’énorme potentiel qu’offre le marché national.

Ceci à condition de le sortir de la spécificité saisonnière qui le caractérise, surtout au niveau des principales destinations convoitées par les touristes nationaux avec un produit adapté et accompagné d’un étalement des vacances et des chèques-vacances pour booster la demande en plus d’une animation touristique adéquate», explique Abarrahim Oummani, vice-président de Continental Bay, société gestionnaire de Lunja Village.

Actuellement, bien que la tendance de passer l’Aïd Al-Adha dans les établissements touristiques ne s’inscrive pas encore dans un effet de masse, plusieurs familles préfèrent séjourner dans des hôtels. À Agadir, l’hôtel Zephyr a ainsi développé une offre Spécial Aïd en offrant un produit adapté à la clientèle nationale.

UNE QUESTION DE MOYENS
Plusieurs facteurs expliquent le rush vers les établissements touristiques durant cette période. À commencer par les implications financières de ce rituel pour les ménages marocains de la classe moyenne, surtout dans un contexte d’inflation.

Selon le HCP, cette célébration ne se limite pas à sa dimension spirituelle. «Le rituel du sacrifice, souvent coûteux, représente une part importante des dépenses annuelles pour de nombreux ménages. Près de 13% des ménages n’accomplissent pas le rituel du sacrifice de l’Aïd Al-Adha alors que cette augmentation du nombre de ménages ne participant pas au sacrifice demeure principalement observée parmi les citadins et les ménages composés d’une seule personne». Ainsi, les citadins sont plus enclins à ne pas effectuer le sacrifice comparés aux ruraux.

Agadir : l’interconnexion avec les régions améliorée
Outre les nationaux qui souhaitent passer l’Aïd Al-Adha dans les établissements d’hébergement, d’autres préfèrent voyager à l’étranger, notamment les destinations proches telles que l’Espagne et le Portugal avec des séjours de deux à quatre jours avant l’Aïd et jusqu’à la fin des célébrations. D’autres catégories préfèrent séjourner après avoir passé l’Aïd en famille.

Par ailleurs, il est à noter que la destination Agadir a enregistré, dans les établissements d’hébergement touristique classés, une hausse des arrivées de 7,11% par rapport à 2019 et une augmentation de 0,91% pour les nuitées durant les 4 premiers mois de l’année 2024.

Durant cette période, 104.476 touristes nationaux ont généré 333.738 nuitées contre 119.479 durant la même période de 2019 avec 265.411 nuitées durant cette année de référence. Le marché national devra profiter à l’approche de la période estivale de l’interconnexion entre les autres régions du Royaume surtout avec les vols domestiques internes de Ryanair au départ de Fès, Oujda, Tanger en plus de vols assurés actuellement par la compagnie aérienne Air Arabia dans le cadre sa convention avec le Conseil régional Souss-Massa portant le nombre de fréquences entre ces deux villes à 7 par semaine.

Cette initiative, qui a complété les quatre vols hebdomadaires déjà existants, intervient suite à la signature de l’avenant à la convention entre Air Arabia et la région Souss-Massa, dans le but de répondre à la demande croissante et de contribuer au développement du tourisme national. A cela s’ajoute le vol régulier de la RAM reliant Casablanca à la destination Agadir.

Yassine Saber / Les Inspirations ÉCO


whatsapp Recevez les actualités économiques récentes sur votre WhatsApp

Évolution des prix des fruits et légumes à Casablanca



Rejoignez LesEco.ma et recevez nos newsletters



Bouton retour en haut de la page