Maroc

Agadir : le téléphérique ouvert au grand public

Jour J. Le premier téléphérique au Maroc ouvrira ses portes à Agadir à la fin de la semaine. Le projet, porté par la société «Dania Land» drainera entre 800.000 et 1 million de visiteurs durant sa première année de mise en service. 

L’inauguration du premier téléphérique au Maroc, à Agadir, aura lieu samedi 16 juillet. Une réalisation qui a nécessité un investissement d’environ 10 millions d’euros, mobilisé par la société «DaniaLand» dans le cadre de la réalisation de son parc d’attraction intégrant ce téléphérique de dernière génération.


Reliant la station de départ à «la kasbah d’Agadir Oufella», ce téléphérique, qui rehaussera l’attractivité touristique de la ville constitue le premier maillon des projets «Danialand». Les travaux, qui ont commencé début juillet 2021, ont été effectués par des spécialistes agréés et des multinationales dans le domaine de la construction de téléphériques.

Il s’agit du groupe suisse-autrichien «Garaventa Doppelmayr», qui l’a doté d’une technologie très développée de transport par câble, avec un équipement de dernière génération : D-Line. La société «Danialand» prévoit le lancement d’une seconde ligne à l’horizon 2024 dans le cadre de la deuxième tranche de ce projet qui reliera Agadir Oufella au parc d’attraction «Danialand», considéré comme le plus grand parc aquatique d’Afrique.

Il va sans dire que dans ce contexte de reprise touristique, le téléphérique d’Agadir renforcera l’attractivité touristique de la destination. Le passage entre les deux gares du téléphérique, disposant de cabines débrayées, offre une vue panoramique sur la baie d’Agadir. Sur un trajet de six minutes cumulant 1.700 mètres, le téléphérique livrera des vues imprenables, notamment sur l’océan atlantique et la promenade de la ville ainsi que son enceinte portuaire et ses anciens quartiers.

En nocturne et grâce à la lumière LED des cabines et leur aller et retour tout au long du trajet, ils vont illuminer le ciel et attirer l’attention des visiteurs et des locaux.

Une référence nationale en matière de transport par câble
En termes de fréquence, «le projet drainera entre 800.000 et 1 million de visiteurs durant la première année de sa mise en service», estime le promoteur, Abdelaziz Houays. Pour pallier le retard accusé par la fermeture de l’espace aérien à cause de la pandémie, l’entreprise chargée de ce projet s’est mobilisée pour faire venir le 13 février, via un jet privé, les ingénieurs et les experts qui supervisent les travaux sur le plan génie civil. Il s’agit des équipes du constructeur autrichien du téléphérique «Doppelmayr Garaventa» et du bureau de contrôle Veritas International.

Parmi les autres défis de ce projet, le fait qu’il constitue une référence nationale en matière de transports par câble puisqu’il a été accompagné par les pouvoirs publics pour préparer son cadre légal et règlementaire. L’une de ses particularités est qu’il sera doté d’un champ de panneaux solaires au niveau du parking situé à la gare de départ, à Tilidi. Modélisés en fonction de la consommation énergétique du téléphérique, ces panneaux fourniront l’énergie suffisante à son fonctionnement au quotidien.

La billetterie sera commercialisée en fonction des saisons (basse, moyenne et haute). S’agissant du parc d’attraction, qui sera immergé dans la verdure avec une architecture traditionnelle, il proposera une panoplie d’offres de nouvelle génération, entre autres un aquaparc sur 10 ha (le plus grand en Afrique), un parc de jeux en plus d’un univers culturel et éducatif. Par ailleurs, le projet sera accessible à partir de la voie de contournement nord-est du Grand Agadir, notamment à travers sa quatrième section.

Ouverture partielle du site d’Agadir Oufella
Parallèlement, la Société de développement touristique Souss-Massa a annoncé que le site d’Agadir Oufella, sera partiellement ouvert au public à partir de la mi-juillet 2022, deux ans après le coup d’envoi des travaux. Pour le moment, la visite sera limitée à l’espace extérieur des remparts, vu que la forteresse sera toujours en chantier pendant encore quelques mois (achèvement du platelage, signalétique, …).

Les restaurants, quant à eux, ne seront opérationnels qu’après la désignation d’un gestionnaire à travers un Appel à manifestation d’intérêt (AMI) dont la procédure est en cours. Il convient de noter aussi que le projet de réhabilitation et de réaménagement d’Agadir Oufella fait partie du Programme de développement urbain de la ville d’Agadir (2020-2024) et qu’il a été confié à la Société de développement touristique Souss-Massa, en tant que maître d’ouvrage délégué.

Pour rappel, malgré les répercussions de la pandémie et son impact sur le rythme des travaux et l’approvisionnement en matières premières, notamment importées, le chantier a progressé selon le calendrier prévu. Ainsi, les travaux à l’extérieur des remparts d’Agadir Oufella, consistant en la restauration des murs selon les normes scientifiques, sont presque achevés.

Les dits travaux ont porté sur la restauration, la consolidation et le renforcement des tours défensives de la Kasbah en plus de la construction et l’aménagement d’une plateforme, située au même niveau. Elle est dédiée aux équipements de service et espaces pour restauration, bureau d’information touristique, locaux pour les services de sécurité, équipements sanitaires.

Il s’agit aussi de la construction et l’aménagement d’une plateforme située en bas du site pour l’accueil et l’orientation des visiteurs ainsi que la réhabilitation et l’aménagement des chemins piétonniers menant à Agadir Oufella en plus de la mise en lumière des murailles Est et Sud et entrée principale. À cela, s’ajoute la mise en place d’une signalétique d’information et d’orientation à l’extérieur de la Kasbah et la plantation des espaces environnants en arganiers.

Parallèlement à l’ouverture partielle du site, les travaux se poursuivront pour l’aménagement d’un platelage en bois (dont l’état d’avancement a dépassé 85%) permettant aux visiteurs de découvrir l’intérieur de la Kasbah selon le tracé de ses allées avant le tremblement de terre.

Yassine Saber / Les Inspirations ÉCO


Abonnez vous pour lire tout le contenu de votre quotidien Les Inspirations Eco

Rejoignez LesEco.ma et recevez nos newsletters


Articles similaires

Bouton retour en haut de la page