Maroc

Agadir : La Chambre de commerce valide son contrat-programme avec l’État

C’est aujourd’hui que la Chambre de la région Souss-Massa devrait approuver dans le cadre d’une session extraordinaire, le projet de contrat-programme avec l’État. Au total, un montant de 13,3 MDH sera mis à la disposition de la Chambre pour entamer la réforme des Chambres de commerce, d’industrie et des services au Maroc.

La réforme des Chambres de commerce, d’industrie et des services (CCIS) passe désormais à la vitesse supérieure. Deux institutions professionnelles, en l’occurrence la Chambre de la région Souss-Massa et Rabat-Salé-Kénitra ont été sélectionnées en tant que régions-pilotes par le ministère de tutelle pour l’implémentation des plans de redynamisation des Chambres de commerce, d’industrie et des services.

À cet égard, la CCIS de la région Souss-Massa tient aujourd’hui (vendredi) à Agadir sa session extraordinaire pour soumettre son projet de contrat-programme à l’approbation de l’État. «À l’issue d’une étude effectuée en cinq phases par un cabinet spécialisé, notre Chambre a été choisie parmi d’autres pour repositionner les CCIS en tant que banque de projets d’investissement», annonce Karim Achengli, président de la CCIS de la région Souss-Massa. Une fois validée, l’assemblée extraordinaire donnera les pleins pouvoirs au président pour la signature de cette feuille de route, qui sera aussi paraphée par la fédération des Chambres, mais aussi le ministère de tutelle, les Finances et l’Intérieur. «La CCIS compte lancer courant juillet un appel d’offres relatif à l’assistance technique par un cabinet spécialisé.

L’objectif est d’accompagner ladite Chambre pour la mise en œuvre d’un plan d’actions selon le rétro-planning déjà établi par le contrat-programme étalé sur la période 2016-2020», explique Mohamed El Moudene, premier vice-président de la CCIS-SM. Dans le détail, deux premières actions sont prévues dans le cadre de cette réforme. Il s’agit de l’implémentation de l’organisation de base de la Chambre et le déploiement des services d’intérêt général. Il va sans dire aussi que ladite Chambre a déjà anticipé ce changement de cap à travers la validation, durant la session ordinaire de février, de son plan d’action. «Ce dernier est en concordance avec les axes du contrat-programme puisqu’ils partagent les mêmes objectifs, à savoir la restructuration interne de la Chambre, l’amélioration des services rendus aux entreprises et le renforcement du dispositif communicationnel», précise Ali Baddouh, directeur de la Chambre.

Au total, l’État mettra à la disposition de la CCIS de la région Souss-Massa, un montant égal à 13,3 MDH TTC durant cinq ans avec un contrôle a posteriori. De ce montant, 1,1 MDH est dédié à l’exercice 2016 sous la forme d’un appui financer, sachant bien que le budget actuel de ladite Chambre est d’environ 7 MDH. L’appui financier de l’État mobilisé dans le cadre du contrat-programme est issu du Fonds de développement industriel institué en vertu de la loi de 2015. La réalisation des chantiers contenus dans ce contrat-programme devrait également permettre à la CCIS de déployer ses différentes prestations de services génératrices de revenus.

Dans ce sens et après le déploiement de l’ensemble des prestations, les revenus de la Chambre devraient passer à 10,7 MDH au lieu de 500.000 DH générés actuellement après la mise en œuvre des chantiers inscrits dans le plan d’action. Pour ce faire, l’évaluation et le suivi du contrat seront assurés par un comité de suivi alors qu’un PMO (Project management office) (PMO) est prévu pour la gestion des chantiers. Cela se fera à travers la planification de différentes actions, les outils de gestion ainsi que l’avancement des chantiers et la vérification des réalisations et les éventuelles difficultés. Les livrables des chantiers concernent essentiellement la question de la gouvernance, les services d’intérêts général et d’intérêt concurrentiel en plus des projets économiques structurants (zones industrielles, parcs d’activités, écoles spécialisées, centres de conférences et bien d’autres). Dans ce sens, la Chambre a déjà initié la construction d’un complexe multiservices qui s’articule autour de quatre composantes.

Il s’agit de 9 show-rooms dont les 5 premiers ont déjà été réalisés en plus d’un bâtiment étalé sur quatre niveaux comprenant des plateaux pour bureaux. S’ajoute à cela un centre de conférence de 800 places et deux salles de commissions ainsi qu’un espace d’exposition.  

Change : l’économie marocaine lourdement impactée par la hausse du dollar



Rejoignez LesEco.ma et recevez nos newsletters


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page