Maroc

Agadir : bonne nouvelle pour les TPE et PME touristiques

La Société de développement régional du tourisme mandatée pour la mise en œuvre de «Inmaa Tourisme» prépare l’implémentation de ce nouveau mécanisme dédié à l’accompagnement des TPE et PME touristiques de la Région Souss-Massa. Dans un premier temps, 20 bénéficiaires seront ciblés dans le cadre d’une phase pilote.

Doté de 250 MDH pour la période 2020 à 2024, le mécanisme «Inmaa Tourisme», inspiré du modèle «Inmaa Industrie», franchira prochainement l’étape de la concrétisation. La Société de développement régional (SDR) du Tourisme, mandatée pour la mise en œuvre de ce nouveau dispositif, a lancé l’appel à manifestation d’intérêt pour la réalisation d’une étude sur la mise en place de ce mécanisme de soutien. En effet, le secteur touristique fait face à des déficits structurels importants : dégradation de l’offre, déficit en personnel qualifié, inadéquation entre les besoins du marché et les formations dispensées… Une situation aggravée, cette année, par les effets de la pandémie de la Covid -19.


Les résultats attendus
Le nouveau mécanisme vise l’accompagnement et la relance des activités touristiques dans la Région Souss-Massa. La réussite des autres programmes en cours reste tributaire du niveau de formation et de qualification des ressources humaines et du degré de structuration et d’organisation des entités et des entreprises opérant dans l’industrie touristique. C’est pourquoi il s’agira d’analyser et de quantifier les besoins du secteur touristique dans la région pour, in fine, définir le concept de «Inmaa Tourisme» en s’inspirant de l’expérience «Inmaa Industrie». À cela s’ajoutent l’adaptation de ce mécanisme aux spécificités et au contexte du secteur touristique régional, et l’approfondissement du concept en termes de ciblage des entreprises, de mécanismes de suivi des impacts ,en plus de la présentation d’un business plan de la mise en œuvre du concept et son montage financier.

Phase de test : 20 bénéficiaires issus de TPE et PME
Dans le détail, le dispositif concernera, dans un premier temps, 20 bénéficiaires issus des TPE et PME dans le cadre de la phase de test. Cette expérience pilote doit également concerner au moins trois branches d’activités touristiques. C’est sur la base de cette phase de test qu’un plan de communication sera prévu, en tenant compte des premiers résultats, avec une estimation du budget nécessaire pour son implémentation au niveau de la région. Au final, l’implémentation du mécanisme «Inmaa Tourisme» pour la transformation des TPE et PME touristiques devra spécifier le processus, allant de la définition du concept général à la construction de l’infrastructure touristique modèle d’accompagnement du tissu ciblé, ou à travers l’aménagement d’une infrastructure existant tout en intégrant le projet pilote dans ce cadre.

Les activités éligibles
Il est à noter que le montant global de ce nouveau mécanisme sera mobilisé à part égal entre le ministère du Tourisme, de l’artisanat, du transport aérien et de l’économie sociale, en plus du Conseil régional Souss-Massa. C’est sur la base de la décision n°13 émise lors de la réunion du conseil d’administration de la SDR, tenue le 05 juin 2020, que ce mécanisme fait partie du plan d’action de la SDR au titre de l’année 2020. Parmi les activités éligibles à ce mécanisme figure l’hôtellerie, la restauration, ainsi que l’animation, en plus d’autres activités à caractère touristique. Pour rappel, «Inmaa Tourisme» a fait l’objet d’une convention signée entre le ministère du Tourisme, la wilaya de la Région Souss-Massa, la Région Souss-Massa et la SDR du tourisme Souss-Massa. L’objectif est d’apporter un soutien en faveur des entreprises touristiques précitées sur le plan de la compétitivité, le renforcement de leurs performances, l’accélération de leur développement et l’appui des structures touristiques existantes, tout en les accompagnant vers dans leur transformation digitale. Cet appui peut atteindre, selon la convention signée, jusqu’à 90% du coût global du programme, à condition que les entreprises soient dans une situation légale en termes de classement et d’autorisation. Pour les autres conditions d’éligibilité, les entreprises doivent être en exploitation de manière continue ou discontinue depuis au moins un an, avec la présentation d’un programme de développement. En revanche, les PME et TPE qui font l’objet d’une procédure de redressement ou de liquidation judiciaire sont exclues.

Yassine Saber / Les Inspirations Éco

Rejoignez LesEco.ma et recevez nos newsletters


Articles similaires

Bouton retour en haut de la page