Maroc

À l’orée de la COP22, Casablanca «se met au vert»

Casablanca a entrepris la rénovation de plusieurs parcs./DR

 
Au moment où le Maroc ambitionne de réduire ses émissions de gaz à effet de serre à 32% à l’horizon 2030, il s’avère nécessaire de faire le point sur les mesures d’accompagnement entreprises par la capitale économique, Casablanca, à même de répondre aux objectifs de la COP22, prévue en novembre prochain à Marrakech.

La région Casablanca-Settat a en effet réalisé des efforts en matière environnementale, notamment dans le cadre des partenariats public-privé. Dans ce cadre, une conférence scientifique a été organisée récemment dans la capitale économique. Objectif : s’arrêter sur la contribution des différents partenaires à la promotion de l’environnement et la réalisation d’un développement durable intégré. 

À cette occasion, Mostapha Lahya, maire-adjoint de Casablanca a souligné que le Conseil de la ville œuvre avec détermination pour faire face aux différentes contraintes écologiques, telles que la décharge publique située sur la route de Médiouna.

Décharge de Médiouna

«Dans ce cadre et afin de faire face à cette problématique, il a été procédé à l’acquisition d’un terrain de 35 hectares situé à proximité de la route de Médiouna en vue de mettre en place une unité chargée de la collecte et la gestion des déchets», a-t-il noté.

En outre, Casablanca s’est engagée dans des projets écologiques d’envergure, à l’instar de la nouvelle génération de stations de traitement et de purification des eaux usées telle que la station de Sidi Bernoussi, qui a nécessité un investissement de l’ordre d’1,8 MMDH, a souligné Mostapha Lahya. Et d’ajouter que la mise en service de cette dernière a contribué à l’amélioration de la qualité des plages tout en offrant aux estivants et à la population locale des plages propres et accueillantes. 

Au niveau du transport en commun, le maire adjoint a fait savoir qu’une ligne de 31 km de tramway a été mise en place dans la perspective de réaliser une nouvelle ligne qui s’étalera sur 85 km avec un coût estimé à 16 MMDH. 

Dans le cadre des initiatives visant à accompagner ce projet et résoudre la problématique des embouteillages dans la ville, des parkings ont été aménagés tout au long de cette ligne pour encourager les automobilistes à utiliser le tramway avec le même ticket consacré au parking, a précisé le responsable.

Ports secs

Dans le cadre des efforts visant à consolider la culture du transport écologique, un projet baptisé «ports secs» est en cours de préparation. Sa mise en service permettra aux camions de transiter par la route côtière sud de la ville et la voie urbaine rapide reliant directement le port de Casablanca, selon Mostapha Lahya.

Par ailleurs, il a été procédé à la réhabilitation d’une série de parcs et d’espaces verts, notamment le parc de la ligue arabe, dont la réalisation a nécessité un investissement de 120 MDH, le parc hermitage (18 hectares), le parc d’Aïn Sebaâ (12 hectares) ainsi que d’autres parcs.

Investissement : voici où placer son argent en 2023 au Maroc



Rejoignez LesEco.ma et recevez nos newsletters


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page