Monde

Les termes de la trêve yéménite

Abonnez vous pour lire tout le contenu de votre quotidien Les Inspirations Eco

 

Le secrétaire général de l’ONU, Antonio Gutierez, a déclaré jeudi que l’accord entre le gouvernement yéménite et les rebelles houthis sur la ville de Hodeidah, dans l’ouest du pays, prévoyait un cessez-le-feu complet et un retrait militaire.


Gutierez a déclaré aux journalistes: « Un cessez-le-feu est annoncé dans toute la province de Hodeidah et toutes les forces de la ville et du port seront retirées ».

Il a également expliqué que les Nations Unies assumeront « contrôle du port, tandis que les forces locales superviseront le système dans la ville ».

Pour sa part, le ministre yéménite des Affaires étrangères Khalid al-Yamani a déclaré « Le succès de l’accord Hodeidah, car il comprend le retrait des Houthis pour la première fois depuis le coup d’Etat contre le gouvernement légitime il y a plus de quatre ans ».

 En ajoutant : « Pour la première fois dans l’histoire du coup d’Etat dirigé par les milices de Huthi, celles-ci acceptent de se retirer de la ville de Hodeidah et de son port, la ville retournera aux autorités légitimes. C’est un exploit et restera un passage sûr pour l’aide humanitaire ».

Selon des sources du gouvernement yéménite, l’accord de Hodeidah prévoit le retrait des milices huthies de la ville et du port dans les 14 prochains jours, ainsi que la levée de tout obstacle empêchant les institutions locales d’exercer leurs fonctions.

Selon les sources, l’accord prévoit également le retrait des milices des ports de Hodeidah, Saleef et Ras Issa, au nord de la route de Sanaa, dans la première étape des deux dernières semaines.

 

Un comité est mis en place pour superviser le redéploiement des forces yéménites à Hodeidah sous la supervision des Nations Unies, les autorités locales prenant le contrôle de la ville sous la législation yéménite.

Le comité de coordination du redéploiement supervisera les opérations de redéploiement et de surveillance, ainsi que le déminage et la mise en décharge d’Al Hodeidah.

 

L’accord stipule également que tous les revenus des ports de Hodeida, Salif et Ras Issa doivent être déposés auprès de la Banque centrale du Yémen par l’intermédiaire de sa succursale située à Hodeida pour contribuer au paiement des salaires des fonctionnaires à Hodeida et dans l’ensemble du Yémen.

Rejoignez LesEco.ma et recevez nos newsletters


Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page