Monde

Fintechs : les africaines ont le vent en poupe

L’année qui vient de s’achever a été globalement difficile, mais pas pour tout le monde. En tout cas, ce n’est pas l’écosystème tech africain, qui continue de se développer avec 6,5 milliards de dollars levés en 2022, qui dira  le contraire. 

Dans un contexte de recul drastique du financement par capital-risque à l’échelle mondiale, les fintechs du continent se sont distinguées avec une croissance de +8 % par rapport à 2021. Quant au financement de la dette, il a doublé de volume pour atteindre 1,5 milliard de dollars, ce qui représente près d’un quart du financement total, alors que les levées de fonds ont atteint 6,5 milliards de dollars en 2022. Ce sont là, entre autres, les grandes lignes du rapport de Partech Africa.

Dans un document qui vient d’être rendu public, le fonds de capital-risque dédié aux startups technologiques en Afrique explique que les financements gravitent autour de 764 transactions, contre 724 en 2021. Axé sur le financement en equity, le rapport révèle que l’écosystème était encore en accélération au cours des premier et deuxième trimestres 2022 par rapport à 2021, la comparaison dégageant une augmentation de 127% pour le T1 et 83% pour le T2, en glissement annuel.

Cependant, le ralentissement mondial du capital-risque a freiné la croissance de l’activité au T3 (- 65 % en glissement annuel) et au T4 (- 35 % en glissement annuel). En 2022, ajoute le septième rapport annuel de Partech Africa (qui n’inclut que les tours de financement dont le montant total est supérieur à 200.000 dollars), les activités de collecte de fonds sont restées inchangées à toutes les phases de financement.

Le Nigéria en tête
Selon le fonds basé à Dakar, le montant moyen des transactions d’amorçage (1,4 million de dollars), a augmenté en 2022 (+12% en glissement annuel), tandis que la série A est restée inchangée, à hauteur de 8,5 millions de dollars. Les phases ultérieures sont revenues aux niveaux de 2019, les volumes de séries B et des opérations de growth ayant baissé, respectivement, de -23 % et -50 %, en glissement annuel.
En outre, 2022 a vu une réduction significative du nombre de méga-tours (dépassant les 100 millions), avec seulement 7 transactions contre 14 en 2021. «2022 a été une année particulièrement difficile pour l’écosystème du capital-risque dans le monde entier, car les investisseurs en venture et growth ont réduit d’un tiers leurs investissements.
Cependant, le rapport dévoile que l’écosystème tech africain a fait preuve d’une grande résilience, de plus en plus d’investisseurs ayant renforcé leur engagement sur le continent, en investissant dans des équipes locales et des fonds dédiés au marché.», a indiqué Tidjane Deme, general partner, Partech. Autres enseignements importants du rapport en question, le Nigéria, l’Afrique du Sud, l’Égypte et le Kenya restent les principales destinations d’investissement en Afrique, avec une part du volume total relativement stable à 72 %. Le Nigéria est resté en tête, avec 1,2 milliard de dollars en capital, malgré un recul de 36% par rapport à 2021. L’Afrique du Sud, l’Égypte et le Kenya ont attiré plus de 0,7 milliard de dollars de financement chacun, le Ghana venant compléter le top 5 avec un peu plus de 0,2 milliard de dollars.
Au total, 28 pays ont attiré des fonds en 2022, dont 13 en Afrique francophone. Compte tenu du ralentissement du marché, les conclusions du rapport ont également révélé que la fintech, qui a, de tout temps, attiré d’importants investissements, a été la plus touchée par la baisse des gros tours de financement. Elle reste néanmoins le secteur le plus financé en Afrique, toutes sources de capital confondues, avec 39% du volume total levé en equity (1,9 milliard de dollars) et 45% du volume total en dette (691 millions de dollars). Les autres secteurs ont connu une croissance substantielle, gagnant une part significative du financement cette année, notamment la cleantech, qui a fait un grand retour avec 18% du financement total en equity, à 863 millions de dollars (+347% en glissement annuel) mais aussi 39% du financement en dette, à hauteur de 605 millions de dollars.
Autres points mis en lumière  
Les startups fondées par des femmes ont levé 22% du total des tours d’equity en volume, en 2022, en hausse de deux points par rapport à 2021. Elles ont également participé à hauteur de 644 millions de dollars, soit 13% du financement total en equity, en baisse de trois points de pourcentage par rapport à 2021 (16 %).
En dehors des quatre principaux pays, le Ghana (202 millions de dollars), l’Algérie (150 millions), la Tunisie (117 millions) et le Sénégal (105 millions) ont été les seuls autres pays à avoir franchi le seuil des 100 millions de dollars de financement. Malgré le ralentissement de l’écosystème tech africain, celui-ci a attiré un nombre record d’investisseurs uniques (1.149, soit +29% en glissement annuel par rapport à 2021).

Khadim Mbaye / Les Inspirations ÉCO

Investissement : voici où placer son argent en 2023 au Maroc



Rejoignez LesEco.ma et recevez nos newsletters


Bouton retour en haut de la page