Monde

Economie mondiale : la Chine ambitionne de jouer le rôle de “stabilisateur”

Le Financial Street Forum, qui s’est clôturé hier, a réuni la communauté financière de la Chine. L’édition 2022 était destinée à cimenter le rôle de Beijing en tant que centre financier.

Lors de la grande rencontre des financiers chinois, le Financial Street Forum, clôturé hier à Beijing, l’objectif est clair: celui de mettre en avant les points forts de la deuxième puissance économique mondiale. Il s’agit également d’affirmer l’ambition du pays de jouer le rôle de force de stabilisation de l’économie globale. Lors de ce conclave, les différentes institutions financières (banques, sociétés d’assurance, cabinets de consulting et autres experts boursiers) se sont donné rendez-vous pour faire la lumière sur les nouveautés du marché financier chinois. Les échanges sont ainsi axés sur la mise en avant de la volonté nationale de s’ouvrir sur le monde extérieur conformément aux objectifs tracés par le gouvernement central.

En effet, l’appellation du Financial Street Forum renvoie à une grande artère au centre de la capitale chinoise, qui abrite les sièges de plusieurs institutions financières, et qui est baptisé le «cerveau» de la finance chinoise ou encore le Wall Street de Chine. Celle-ci a d’ailleurs contribué à près de 40 % de la valeur ajoutée financière de la ville depuis 2012. Notons que l’année 2021 a marqué un tournant dans l’évolution du centre financier de Beijing.

Au mois de novembre de cette année, la Beijing Stock Exchange (BSE) a ouvert ses portes sur le Financial Street. De nombreux objectifs sont assignés à ce marché financier. Mais, le plus important demeure, aux yeux des responsables chinois, le soutien aux petites et moyennes entreprises (PME) en tant que leviers de développement et générateurs d’emplois. Conçue comme une plateforme majeure pour les PME innovantes, la bourse de Beijing n’a pas cessé, selon les experts, d’améliorer ses services et de s’imposer en tant que marché qui complète les deux autres importants centres financiers chinois de Shanghai et de Shenzhen.

Jusqu’au début du mois de novembre, la BSE comptait 123 sociétés cotées, les PME représentant 77% et les entreprises privées 86%. Plus de 80% des entreprises étaient concentrées dans les industries émergentes stratégiques, les nouvelles énergies, les logiciels et la technologie de pointe.

A en juger par l’utilisation des fonds levés à la BSE, cette dernière semble être tournée vers les nouveaux pôles qui devront servir de locomotive pour la croissance de haute qualité que les responsables chinois veulent réaliser dans le cadre de leur stratégie de conforter la place de la Chine sur l’échiquier économique mondiale. Plus de 80% des fonds levés en 2022 ont, ainsi, été investis dans des secteurs tels que les industries vertes et à faibles émissions de carbone, l’économie numérique, la fabrication d’équipements haut de gamme et les nouveaux matériaux, selon la BSE.

En termes de revenus d’exploitation, les entreprises cotées à la BSE ont généré 10,38 milliards de dollars, durant les trois premiers trimestres de 2022. La bourse chinoise semble déterminée à poursuivre sur sa lancée. Lundi, elle a officiellement lancé son indice de référence, le BSE 50 Index. Au premier jour, l’indice a clôturé en hausse de 2,55%, dépassant les indices de Shanghai et de Shenzhen.

«Le lancement de cet indice est un événement majeur pour la bourse, et c’est un signal que la bourse dispose de ressources considérables et de structures de négociation matures», indique Chen Jia, un analyste du marché financier chinois.

La BSE utilisera cet indice «comme noyau», explorera et lancera divers indices caractéristiques en fonction du développement du marché et établira davantage de fonds indiciels, a dit la BSE dans un communiqué. Dans leurs interventions durant le Financial Street Forum, marqué par la participation de près de 400 poids-lourds de la finance internationale, les responsables chinois ont souligné que le pays poursuivra les efforts pour faire de la BSE un acteur central dans la politique d’ouverture économique et financière du pays.

Dans le cadre de cette ouverture, la Chine approfondira les réformes de son marché financier et renforcera l’expansion de haute qualité de la BSE, indique, dans ce sens, Yi Huiman, président de la Commission chinoise de réglementation des valeurs mobilières (CSRC).

Sami Nemli avec agences / Les Inspirations ÉCO

Investissement : voici où placer son argent en 2023 au Maroc



Rejoignez LesEco.ma et recevez nos newsletters


Bouton retour en haut de la page