Monde

Climat : HSBC épinglée pour “Greenwashing“

Pour la première fois au Royaume-Uni, une banque se voit interdite d’utiliser des publicités sur le climat, jugées mensongères ou partiellement fausses. Le régulateur britannique de la publicité reproche à HSBC de n’évoquer que ses financements verts et d’omettre de parler de ses activités dans des secteurs carbonés.  

Le régulateur britannique accuse la banque HSBC d’être à l’origine de publicités mensongères. En cause: la mise en avant du financement d’initiatives de lutte contre le dérèglement climatique par HSBC, sans que la banque ne mentionne en parallèle les fonds qu’elle apporte à des projets polluants ou émetteurs de carbone. L’Advertising standards authority (ASA) a annoncé dans un communiqué, diffusé la semaine dernière, qu’elle a interdit la publication de deux panneaux publicitaires d’HSBC vus, il y a un an, dans les rues de Londres et de Bristol (ouest de l’Angleterre), au moment de la conférence climatique COP26 qui avait lieu à l’automne dernier à Glasgow, en Écosse.

Ces panneaux affichaient des images de paysages naturels, et affirmaient que des «milliers de milliards» de financements étaient apportés par HSBC pour la transition écologique. 45 plaintes avaient alors été reçues par l’ASA. Cette dernière justifie sa mesure en affirmant que «malgré les initiatives décrites dans ses publicités, HSBC a continué à apporter des financements importants à des entreprises et secteurs qui ont émis de grandes quantités de CO2 et autres gaz à effet de serre», pour en conclure que «les publicités ont omis des informations importantes, et sont donc trompeuses».

Une première Outre-Manche
«C’est la première fois que le régulateur prend une décision contre une banque pour représentation trompeuse de son action sur l’environnement», mentionne l’ASA. Cette décision illustre l’attention des autorités portée au «greenwashing», (ou écoblanchiment) à savoir le fait que des entreprises vantent exagérément leurs actions en faveur du climat ou de l’environnement pour améliorer leur image de marque. L’autorité de régulation insiste également sur les inquiétudes des citoyens quant à ces messages publicitaires écologiques qui les submergent, et dont ils ignorent la véracité. Décidée à sévir, l’ASA prévient que la Royal bank of Canada est déjà dans le viseur d’une enquête du bureau canadien de la concurrence pour des accusations semblables. En réponse à l’interdiction des publicités en question, HSBC indique qu’elle persiste à estimer que «le secteur financier devait communiquer avec ses clients pour expliquer le rôle qu’il jouait dans la transition», mais admet qu’elle «réfléchira» à l’avenir «à la manière de faire cela au mieux».

Jules Gabas Avec Agence / Les Inspirations ÉCO

Immobilier : pourquoi les prix sont en hausse continue ?



Rejoignez LesEco.ma et recevez nos newsletters


Bouton retour en haut de la page