Culture

Rififi sur le Festival de Fès des musiques sacrées du Monde

L’annonce de l’organisation du 26e Festival de Fès des musiques sacrées du Monde, en juin prochain, suscite la polémique entre l’Association Fès-Saïss et la Fondation Esprit de Fès. Zoom sur les arguments des uns et des autres…

Organisé depuis 2006 par la Fondation Esprit de Fès, le Festival de Fès des musiques sacrées du Monde sera organisé cette année par l’Association Fès-Saïss. C’est ce qui ressort de la conférence de presse organisée la semaine dernière par l’Association Fès-Saïss, qui a par la même occasion annoncé la nouvelle équipe dirigeante qui va veiller à l’organisation de la 26e édition de ce festival et du forum. Une décision qui a consterné les membres la Fondation Esprit de Fès, lesquels ont aussitôt diffusé un communiqué dans lequel ils font part de leur étonnement à propos l’annonce de l’organisation de la prochaine édition du festival par une tierce partie. «Respectueuse des règles sanitaires édictées par les seules autorités compétentes, la Fondation Esprit de Fès n’annoncera aucune date, tant que lesdites autorités ne l’auront pas autorisée», précisent les membres de la fondation. Et d’ajouter : «Nous prendrons toutes les dispositions juridiques pour préserver ce patrimoine immatériel de la ville de Fès devenu avec les années un des plus grands festivals au monde par sa notoriété et sa grande richesse culturelle et spirituelle».


Constitué du président de la Fondation Esprit de Fès, Abderrafie Zouiten, du wali de la Région Fès-Meknès, du président de l’Université Sidi Mohammed Ben Abdellah (USMBA) de Fès et d’autres personnalités, le Conseil d’administration de la Fondation Esprit de Fès se réunira ainsi dans les prochaines semaines pour prendre «les décisions raisonnées» afin de trancher sur le dossier. Faisant le point sur le communiqué publié par la Fondation Esprit de Fès, Abdelhamid Benmakhlouf, président de l’Association Fès-Saiss, a précisé lors de la conférence de presse, que le communiqué diffusé par la fondation est truffé «d’erreurs factuelles». Parmi les points critiqués, figure le fait que la Fondation Esprit de Fès du festival rappelle qu’elle organise cet évènement depuis vingt ans, «alors qu’elle n’a, elle-même, été créée qu’en 2006». «Les propos du communiqué cherchent surtout à jeter le trouble sur le fait que l’Association Fès-Saiss, fondatrice du festival et ayant présidé à son organisation de 1994 à 2006, est la seule détentrice de son certificat de propriété». Un certificat qui s’étend jusqu’en 2027 et qui est déposé au nom de l’Association Fès-Saïss, explique la même source. Les membres de l’association expliquent que la Fondation Esprit de Fès a été créée en 2006 sur initiative de l’Association Fès-Saiss dans le but d’organiser, parallèlement au festival et au forum, de nombreuses autres activités tout au long de l’année. L’Association Fès-Saiss, siège, depuis lors, au Conseil d’administration de la Fondation Esprit de Fès.

«Depuis 2014, et les départs de Mohamed Kabbaj et de Faouzi Skali, respectivement de la présidence et de la direction générale de la Fondation Esprit de Fès, cette dernière n’a organisé aucune activité supplémentaire, comme le prévoyaient et l’exigeaient son statut et son cahier des charges», défendent les membres de l’Association Fès-Saiss. Face à cette situation, le Conseil d’administration de Fès-Saïss, représenté par son nouveau président Abdelhamid Benmakhlouf, a adressé une lettre par huissier au président en titre de la Fondation Esprit de Fès pour l’informer que l’association, détentrice du certificat d’enregistrement de la propriété du festival, retirait désormais à la Fondation Esprit de Fès le droit d’exercer cette organisation déléguée en son nom. La fonction de directeur général du festival et de son forum a été proposée à Faouzi Skali, qui l’a acceptée.

Mehdi Idrissi / Les Inspirations Éco

Rejoignez LesEco.ma et recevez nos newsletters


Articles similaires

Bouton retour en haut de la page