Culture

Pour El Khalfi, la réforme des médias passe par une protection des journalistes

Abonnez vous pour lire tout le contenu de votre quotidien Les Inspirations Eco
Mustapha El Khalfi, ministre de la Communication, porte-parole du gouvernement./DR

La réforme des médias nationaux, aux niveaux juridique et organisationnel, passe par l’amélioration des conditions des journalistes, leur protection et la préservation de leur dignité, ainsi que la promotion de l’entreprise journalistique, a affirmé, jeudi à Tanger, le ministre de la Communication et porte-parole du gouvernement, Mustapha El Khalfi.

Au cour d’une table-ronde, placée sous le thème «Les médias nationaux et la question de la réforme», à l’occasion de la commémoration du 2e anniversaire de l’ouverture de la Maison de la presse, El Khalfi a souligné que la réforme lancée aux niveaux législatif et organisationnel et les projets mis en place par le gouvernement pour réformer le système médiatique national comportent des acquis importants au profit des journalistes professionnels.


Cette réforme se base sur les principes de liberté, de pluralisme et d’indépendance, avec la protection du journaliste, la préservation de sa dignité et la garantie d’une concurrence réelle et effective, a soutenu le ministre. Et de noter que la réforme des médias a été engagée sur la base d’une vision intégrée et d’une approche participative et de concertation.

Toutefois, un récent communiqué de la Fédération marocaine des éditeurs de journaux (FMEJ) déplorait la «tendance régressive» du projet de Code de la presse.

«En dépit de l’unanimité des professionnels et de la société civile quant au danger que représente le recours au Code pénal dans les affaires de la presse et de l’édition, le ministère de la Communication a insisté pour soumettre, en premier lieu, les articles se référant à ce code devant la Commission de la justice et de la législation et tenté de les faire passer sous des prétextes fallacieux, ce qui porte atteinte non seulement aux éditeurs et aux journalistes, mais aussi au droit de la société à une information libre et plurielle», pouvait-on lire dans le communiqué.

Entamée depuis quatre ans, la réforme des médias et surtout du Code de la presse a du mal à se matérialiser.

Rejoignez LesEco.ma et recevez nos newsletters


Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page